© Evelyne Hoffmann-Dall'Aglio
© Evelyne Hoffmann-Dall'Aglio

Dans leur livre Mamans du monde1, Ania Pamula et Dorothée Saada recensent les traditions culturelles propres à chaque pays concernant la grossesse, la naissance, les soins aux enfants et l’éducation à partir des témoignages de nombreuses mères. Ici nous nous intéressons particulièrement aux rituels qui entourent la naissance dans ce qu’ils peuvent avoir d’inspirant pour tous les futurs parents, ici et maintenant, comme hier et ailleurs.

Au Japon, les femmes ont le droit de boire et de manger pendant l’accouchement. Elles sont même incitées à le faire car l’on considère que cela leur apporte une source d’énergie supplémentaire qui contribue au bon déroulement de l’accouchement. En Islande, les maternités sont toutes équipées de hreidrid, littéralement « nids » : de grandes chambres équipées de lits doubles dans lesquelles sont installés maman, bébé et papa tout de suite après l’accouchement. Lorsque tout va bien, le retour à la maison est rapidement proposé, une sage-femme assurant les visites post-partum à domicile la première semaine. Le bain à la naissance n’est pas dans les habitudes islandaises car l’on considère (à juste titre !) que le vernix, la substance blanche qui recouvre le corps du bébé à la naissance, protège sa peau du froid et l’hydrate. Aux Pays-Bas, les femmes continuent à vivre normalement pendant leur grossesse. Il est par exemple fréquent de voir une femme enceinte faire du vélo. La grossesse n’y est absolument pas considérée comme une maladie. Le suivi au cours de cette période est d’ailleurs bien différent de ce que l’on connaît en France : il n’y a pas plus de toucher vaginal que de contrôle de la prise de poids, par exemple. En outre, chaque femme enceinte reçoit un kit avec tout ce qu’il faut pour accoucher chez elle (compresses stériles, bâche, etc.). En effet, une Néerlandaise sur trois fait le choix d’accoucher à la maison (c’est le taux le plus élevé parmi les pays occidentaux : 30 % contre 2 % en France). La péridurale est quasi inexistante. En revanche, on trouve un grand choix de préparations à la naissance : yoga, relaxation, préparation dans l’eau, etc. Et, pour celles qui choisissent d’accoucher à l’hôpital (ou doivent y être transférées), l’environnement se veut le plus proche possible de ce que l’on pourrait trouver à la maison : les appareils médicaux sont pour la plupart cachés dans des placards, sortis uniquement en cas de besoin pour être remis en place tout de suite après, et un lit pour le papa est systématiquement prévu. De toute façon, la sortie se fait généralement très vite : souvent quelques heures à peine après l’accouchement quand tout va bien.

Cordon ombilical et placenta

En Algérie, après la naissance, on place le cordon dans une petite pochette en tissu cousue spécialement pour l’occasion que l’on accroche au cou du bébé afin de le protéger du mauvais […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e
Maman de trois enfants, j'ai vu mes convictions quant à la nécessité de prendre soin de soi, des siens et de son environnement renforcées par la maternité. Déjà utilisatrice de produits naturels et privilégiant une alimentation la plus saine possible élaborée à partir de produits bio et locaux, j'ai tout naturellement poursuivi dans cette voie en allaitant mes enfants et découvert par la même occasion que je pratiquais le maternage proximal, étant aussi une adepte du cododo et du portage intensif en écharpe. Une fois plongée dans le bain, à l'écoute des besoins de mes tout-petits, je me suis passionnée pour la bienveillance et la non-violence rapportées à l'éducation. Et cela n'a plus cessé depuis ! Quand j’ai découvert Grandir Autrement, peu après la naissance de mon premier enfant, je me suis reconnue dans bien des témoignages, je me suis sentie concernée par les thèmes abordés et j’ai aimé d'emblée la façon dont les sujets étaient traités. Enfin un magazine qui parle de ce que je vis et ressens au quotidien, me suis-je dit ! C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de participer à l’élaboration de ce magazine en y adjoignant ma passion pour l'écriture afin de contribuer à la diffusion de sa philosophie qui m'a si bien éclairée sur mon chemin de maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.