Cela fait à peu près deux ans que nos habitudes de vie se sont vues être soudainement bouleversées. De confinements en couvre-feux ; des couvre-feux jusqu’au pass sanitaire. Nous pouvons avoir la sensation de voir nos libertés de plus en plus limitées dans un cadre étriqué. Mais si cette crise était en fait une occasion à saisir pour revoir nos habitudes et revenir à l’essentiel ? Lorsque la décision d’un confinement au 17 mars 2020 a été annoncée, nous avons pu avoir la sensation de vivre une énorme farce gouvernementale, ou bien plonger dans la peur de la propagation d’un virus mortel. Certain·es ont pu vivre cette période comme une injustice, d’autres comme un stress. L’un des effets notoires de cet événement a été que partagée entre colère, anxiété, ou même méfiance, une grande partie de l’humanité a été plongée dans un temps de pause assez inédit dont elle a pu tirer profit.

Une pause pour la planète

Je me rappellerai toujours les mots de ma fille de 6 ans lors d’un petit déjeuner de la première semaine de confinement : « Maman, elle est mieux la vie depuis le confinement, la Terre est contente tu sais, il n’y a quasiment plus de voitures qui polluent, et il n’y a même plus de traces d’avion dans le ciel. » Voilà qu’avec ses mots d’enfant, elle m’ouvrait sans le savoir à une vision tout à fait différente de la situation. Là où je voyais un empêchement de vivre ma vie comme bon me semble, elle m’a ramenée, avec toute son innocence, à une dimension collective qui n’avait rien à voir avec le climat de peur qui s’abattait alors sur notre pays. Oui, en effet, la planète était heureuse que l’humanité se mette en pause et s’offre un temps d’introspection.

Revoir sa consommation

C’est assez naturellement que nous avons reconsi- déré notre manière de consommer, nos passages au supermarché se sont fait de plus en plus rares. Nous avions le temps désormais d’aller chercher notre panier de légumes chez le maraîcher du coin dont nous entendions parler depuis des mois. Le petit marché bio local, longtemps déserté au profit de nos vies trop remplies, a repris sa place dans notre routine ; devenant également une petite bulle de socialisation. Heureuse de constater que le nombre de voitures sur les routes avait considérablement diminué, nous avons commencé à regrouper nos achats avec certains voisins afin de continuer à préserver l’atmosphère et le calme. Nous avions, finalement, commencé à reprendre de bonnes habitudes que nous avions lentement mises de côté au profit d’une vie agitée. Prendre le temps de constater ce retour aux sources assez simple et évident m’a permis de me rendre compte à quel point, sans le vouloir, nous nous étions éloignés de l’essentiel vis-à-vis de notre consommation.

Reconsidérer nos occupations

Pratiquant l’instruction en famille depuis plusieurs années avec mes deux […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.