© Jenny Balmefrézol

Lorsque l'on devient parent, quels que soient nos choix, nous nous retrouvons particulièrement exposés au regard des autres. Chaque personne croisée, qu'elle soit proche ou non, semble avoir son mot à dire sur nos façons de faire et les conseils non sollicités fusent. Il n'est pas toujours facile dans ces conditions de rester fidèles à nos convictions, encore plus quand nos convictions ne sont pas conformes aux habitudes culturelles ou familiales.

Le regard que les autres portent sur notre façon de nous adresser à nos enfants, de réagir à leurs émotions, leurs désirs et demandes, peut avoir un poids différent selon la confiance en soi du parent. Lorsque l'on n’a pas soi-même été élevé dans un état d'esprit de bienveillance, de respect et d'accueil des sentiments de l'enfant, on est parfois sujet à des doutes : « est-ce que je fais vraiment ce qu'il faut faire ? Est-ce que je dois réellement laisser mon enfant agir ainsi ? Accéder à cette demande ?... ». Lorsque c'est le cas, la moindre remarque, même anodine, peut nous plonger dans le désarroi car elle vient justement mettre le doigt sur nos doutes. La première des choses est donc d'être pleinement convaincu de notre démarche. Pour cela il est important de comprendre pourquoi on fait les choses de la manière dont on a choisi de les faire. Il n'est pas toujours nécessaire ni même judicieux d'essayer de l'expliquer à l'autre mais si nous savons, nous-mêmes, pour quelle raison on a adopté telle ou telle attitude, les remarques extérieures auront beaucoup moins de prise sur nous et notre propre estime en tant que parents. Cela dit, il peut aussi être nécessaire de travailler sur sa confiance en soi en général et pas seulement en tant que parent car il est évident qu'un manque de confiance préexistant sera encore plus marqué une fois devenu parent.

Les effets du regard d'autrui

Dès que nous sommes entourés, nous sommes par définition exposés au regard de ceux qui nous entourent. Que ce soit dans un cercle privé, lors de réunions familiales ou amicales, ou dans les lieux publics au milieu d'inconnus. Dans ces circonstances, nos réactions sont parfois très différentes de celles que nous aurions en tête à tête avec notre enfant. On a parfois tendance à se conformer à ce que l'on pense que l'entourage attend de nous en tant que parents, oubliant, ou plutôt passant temporairement sous silence, nos convictions. Mais l'inverse peut être vrai également et nous pousser à exagérer une attitude pour ne pas se sentir pris en défaut, d'autant plus si l'entourage présent à ce moment-là connaît nos convictions et a déjà exprimé son incompréhension ou son désaccord. Ces écarts par rapport à la manière dont on aimerait se comporter en tant que parents peuvent nous fragiliser dans notre propre estime et peuvent également déstabiliser les enfants. Dans certaines situations plus complexes, ces situations peuvent même générer de la rancœur entre parents et […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.