En théorie, un objet est fabriqué, utilisé puis jeté. En réalité, une fois que celui-ci ne nous sert plus, qu’il est abîmé ou même cassé, nous pouvons lui offrir « une nouvelle vie ». C’est ce que beaucoup font déjà en réparant, transformant, donnant, troquant ou même en vendant. Il existe de nombreuses structures toutes plus différentes les unes que les autres, spécialisées dans ce domaine. N’hésitez pas à faire des recherches pour connaître ce qui existe près de chez vous, vous pourriez être surpris. À titre d’exemple, nous vous présentons un café/atelier du Finistère et une ressourcerie des Yvelines.
  • Grandir Autrement : Bonjour, pouvez-vous nous présenter votre structure ? Le BôA Café : Je suis Morgane, bénévole au BôA Café. C’est un lieu associatif qui abrite un café, un atelier et une recyclerie, où l’on met en œuvre des pratiques respectueuses de l’environnement. Et cela commence par la gestion de l’espace café qui se veut zéro déchet. L’atelier quant à lui permet aux adhérent-e-s de l’association de réparer différentes choses qui auraient fini à la poubelle. Tandis que la recyclerie remet en circulation des objets donnés à l’association. Celle-ci fonctionne via un conseil collégial, ce qui permet de privilégier une gestion démocratique et participative. Pour le moment, le lieu est tenu bénévolement et fonctionne grâce aux cotisations des adhérent-e-s et aux ventes réalisées. Ressources&Vous : C’est une association loi 1901, composée d’un bureau de bénévoles, de vingt salariés (dont des personnes en contrat aidé, en chantier d’insertion, des CDI et des CDD) et de personnes en service civique. Une cinquantaine de bénévoles complète l’équipe qui est riche d’une multitude de profils. La ressourcerie est implantée sur deux villes des Yvelines et une en Eure-et-Loir. Des personnes nous apportent des objets dont ils ne veulent plus. Ces derniers sont triés, puis éventuellement proposés à la vente dans les boutiques. Aujourd’hui, nous avons des partenaires multiples : SICTOM (entreprise publique spécialisée dans la collecte des déchets non dangereux), mairies, entreprises, notaires…
  • Comment ce projet est-il né ? Le BôA : Ce lieu est né de ma rencontre avec Aline lors des manifestations contre la centrale à gaz fossile de Total (à Landivisiau). Toutes deux militantes écologistes, nous avons vite sympathisé et découvert une envie commune d’agir concrètement. Je disposais d’un local commercial inoccupé à Saint-Pol-de-Léon, elle rêvait de créer un tiers lieu inclusif où rien ne se jette et tout se transforme… Deux amies ont rejoint le projet et l’association VRÀJ est née ! R&V : Au départ, un collectif rambolitain s’est rassemblé autour d’idées sur l’écologie et les pratiques alternatives. En 2014, le collectif met en place des Répar’cafés, répar’vélos, grainothèques et une AMAP. En décembre 2015, il organise Alternatiba à Rambouillet qui fait naître le projet de la […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.