© Victorine Meyers
Nous sommes parfois confrontés à l’incompréhension, voire à l’hostilité lorsque nous nous engageons dans une voie qui n’est pas celle qu’emprunte la majorité. Dans le domaine de la parentalité, c’est une position qui n’est pas toujours facile à vivre dans une société qui encourage globalement une attitude à l’opposé des choix que nous avons faits en suivant le chemin de l’écoparentalité. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Grandir Autrement a vu le jour, pour permettre aux parents qui ne se reconnaissent pas dans le modèle éducatif dominant de trouver des ressources et du soutien dans leur parentalité. Il arrive pourtant un moment, dans notre vie de parents, où nous pouvons vraiment savourer les fruits parvenus à maturité des petites graines que nous avons semées au cours des premières années de vie de nos enfants. Voilà qui est à la fois extrêmement gratifiant, pour nous en tant que parents, mais également la plus belle des preuves à présenter aux sceptiques et opposants de toute sorte qui croisent régulièrement notre chemin. Quel meilleur argument, en effet, pour montrer que les théories qui nous ont poussés à faire des choix souvent à contre-courant dans nos relations avec nos enfants, que l’exemple qu’ils représentent eux-mêmes ? Les mots qui reviennent le plus souvent dans les témoignages que nous avons recueillis pour aborder ce sujet sont la confiance, l’empathie, l’écoute, la curiosité, mais aussi la connaissance de soi. Constater cette évolution chez nos enfants qui, en grandissant, se sont approprié ces valeurs et les ont érigées en philosophie de vie est un cadeau mais aussi une confirmation que nous avons fait les bons choix en les accompagnant de manière respectueuse et bienveillante. Victorine en fait le constat : « Mon fils, 15 ans et demi, a un caractère très calme, un peu casanier, il ne parle pas beaucoup mais à chaque fois qu’il dit quelque chose, c’est réfléchi, et j’ai l’impression d’avoir en face de moi un homme de 40 ans face à une telle maturité intellectuelle. Il aborde des sujets politiques, écologiques, toujours dans une perspective du prendre soin, avec empathie et bienveillance. Oui, définitivement, des enfants respectés ont des bases plus que solides pour vivre leur propre vie sereinement et savoir se débrouiller dans toutes les situations, mais au-delà de cela, ils sont emplis d’amour et donnent à leur tour sans compter. »

Une relation de confiance avant tout

Des bases solides, c’est aussi ce que souligne Camille, maman de trois filles dont l’aînée a 12 ans : « Ce qui me frappe, c’est la relation de confiance qu’on a aujourd’hui. Avec une éducation dans laquelle on a laissé beaucoup de place au dialogue, il me semble qu’il y a une compréhension mutuelle de nos besoins, aussi parce que nous, parents, savons dire quand nous sommes fatigués et signifier nos propres limites. J’ai l’impression que c’est une force pour nos enfants, parce qu’ils savent s’adapter aux autres et aux situations. À la fois ils s’autorisent à dire quand ça ne va […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.