Nous le voyons bien dans ce dossier, la parentalité est une expérience transformatrice. Cette métamorphose, nous la vivons chacun à notre façon, en fonction de notre histoire, de nos blessures, de nos repères. Chacun va devoir se confronter à ses limites, qui ne sont pas les mêmes que celles de son ou sa conjoint.e, les deux membres du couple auront chacun leur propre cheminement. Parfois, les deux chemins se rejoignent et les jeunes parents quitteront certaines valeurs communes pour en épouser d’autres ensemble. Mais ce n’est pas toujours le cas. Comment faire quand notre conjoint.e est en désaccord avec notre façon de vivre la parentalité ?

Communiquer est bien sûr la base de toute résolution de conflit, mais parfois cela ne suffit pas. Si vous avez discuté sur tous les tons et que cela ne mène à rien, peut-être est-il temps de faire découvrir à votre conjoint.e votre vision de la parentalité par un autre biais. Il peut suffire que cela vienne de quelqu’un d’autre pour qu’un message soit entendu. Lui proposer des lectures inspirantes, des articles, des films, des reportages, des vidéos, des podcasts peut être un moyen de l’amener à voir les choses différemment. Après tout, nombre d’entre nous avons adopté une parentalité proximale après avoir lu ou vu des documents sur le sujet. De fil en aiguille, en distillant des informations par ci par là, vous pourrez peut-être l’amener sur un chemin en cohérence avec le vôtre. Mais malheureusement ça ne fonctionne pas toujours, comme en témoigne Valérie : « Après toutes les lectures que j’ai pu faire (Grandir Autrement, Filliozat, Gueguen, Montessori) et les prises de conscience que cela a engendré, j’essaie de donner une éducation positive. J’ai fait part à mon mari de mes prises de conscience. Il comprend, il est “d’accord”. Par contre, il dit qu’il “applique une autre méthode”. En fait, notre principale divergence porte sur le chemin que chacun nous souhaitons emprunter : moi je cherche à être une mère “parfaite” et que mon fils reçoive une éducation également “parfaite”. Ce qui génère en moi un grand stress et une grande frustration. Je sais que ce n’est pas possible. Je travaille à viser un objectif atteignable. Mon mari, au contraire, ne cherche pas à évoluer, à se questionner. »

Échanger avec d’autres parents

Votre conjoint.e pense peut-être que la parentalité proximale fait des « enfants rois », des « mal-élevés ». Peut-être avez-vous dans votre entourage des parents qui s’efforcent d’accompagner leurs enfants sans violence qui peuvent lui montrer que ces derniers sont des enfants tout à fait épanouis et respectueux. Car ce qui nous fait avancer dans notre parentalité, c’est bien sûr l’expérience de tous les jours mais aussi les échanges que nous avons avec d’autres parents, qui se heurtent aux mêmes questionnements que nous et aux mêmes difficultés. Quand nous nous sentons dépassés, ils peuvent nous conseiller, nous rassurer, nous assurer même parfois qu’il suffit d’attendre que cette période difficile se […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.