Devenir parent peut totalement chambouler nos relations sociales, et certains en font douloureusement l’expérience. Entre les amis que l’on perd car notre rythme ne correspond plus du tout au leur, et les proches qui ne comprennent pas nos choix de maternage, les distances se créent, les conflits parfois émergent, et il peut même arriver que des ruptures se fassent.Parfois il est inutile d’aller contre. Tel ami ne donne plus de nouvelles car depuis que nous sommes parents nous sommes ennuyeux ? Tel autre nous en veut car nous sommes moins disponibles pour écouter ses problèmes ? C’est triste, mais tant pis… Il s’agit de faire la part des choses et de distinguer les relations qui se rompent parce que des chemins se séparent, tout simplement, parce que ça ne « colle » plus, de celles qui souffrent de tensions, de conflits ou d’incompréhensions mais qui sont toujours vivantes grâce à l’affection qu’on porte à l’autre et qui peuvent, avec quelques efforts et aménagements, devenir plus harmonieuses.

Des conflits qui font mal

Parfois on pense qu’une relation bat de l’aile car nous avons des désaccords au sujet de nos choix éducatifs. Vos parents, par exemple, n’approuvent pas le fait que vous dormiez avec votre enfant, ou que vous le portiez en écharpe, que vous ne le laissiez pas pleurer ou encore que vous l’allaitiez longtemps. Cela engendre des discussions houleuses, des remarques acerbes, ou une guerre froide silencieuse : on ne dit rien pour que ça ne dégénère pas, mais chacun n’en pense pas moins. En réalité, le problème, est-ce vraiment d’avoir des opinions qui diffèrent ? Nous ne sommes jamais totalement d’accord sur tous les sujets avec notre entourage, y compris avec la personne qui partage notre vie. Et nous l’acceptons en général sans problème. Pourquoi, alors, cela fait-il si mal quand certains de nos proches désapprouvent nos choix en tant que parents ? Parce que pour beaucoup, nous avons besoin de cette approbation parentale, ou, parfois, amicale. Certains ont même besoin de l’approbation générale, et souvent ce sont ceux qui vont se fondre dans la masse, faire « comme tout le monde », pas nécessairement parce qu’ils pensent que c’est bien mais parce qu’ils ne veulent ou ne peuvent pas faire face au regard des autres. Or, comment vivre pleinement heureux quand on ne fait pas les choix qui nous font du bien, quand on vit en fonction des autres et pas en fonction de nos envies et de nos valeurs ?

Vivre pour soi

Pour la plupart d’entre nous, nous avons vécu toute notre enfance pour satisfaire aux exigences de nos parents et de nos enseignants. Nous étions en quête de l’approbation de ces derniers, qui s’exprimaient par des compliments, des récompenses, des notes… Nous avons plusieurs occasions dans notre vie de nous émanciper progressivement de l’emprise familiale et sociétale. Le moment où nous devenons parents est l’un de ces moments et ce n’est pas le moins important. En devenant […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.