© Varun Kulkarni – Pixabay
Alors que les grands-parents ont un rôle particulier auprès des enfants, différent de celui des parents, mais aussi des amis de la famille, ou encore des oncles et tantes, que se passe-t-il quand ce sont eux qui élèvent majoritairement ou en grande partie leurs petits-enfants ? Qu’est-ce que cela change aux relations et quelles situations amènent les grands-parents à prendre en charge leurs petits-enfants à temps complet ? S’il est très fréquent que les grands-­parents gardent leurs petits-enfants occasionnellement, moins de 2 % des enfants de moins de 6 ans sont gardés principalement par leurs grands-parents du lundi au vendredi selon une étude de la DREES de 20181. La plupart des enfants sont en revanche gardés par leurs grands-parents pendant les vacances scolaires, les mercredis ou encore à la sortie de l’école. Mais selon cette même étude, seuls 19 % des grands-parents gardent de façon régulière leurs petits-enfants, pour les autres c’est plus du dépannage ou de l’occasionnel. Être élevé par ses grands-parents est donc une situation assez rare.

Qu’est-ce qu’élever ses petits-enfants ?

Il est sans doute utile de préciser avant d’aller plus loin ce que nous entendons par « élever ». Il est certain que tous les grands-parents qui ont une place dans la vie de leurs petits-enfants les élèvent d’une façon ou d’une autre : ils leur montrent d’autres façons de voir les choses, leur donnent d’autres habitudes, partagent avec eux des petits rituels qui marquent les enfants parfois bien au-delà de ce qu’ils imaginent. Je suis sûre que nous avons tous en tête un de ces moments privilégiés avec l’un ou l’autre de nos grands-parents. Mais nous parlons ici plutôt des situations où les grands-parents sont les adultes les plus présents auprès des enfants, leur figure d’attachement principale. Ils sont dans ce cas leur référence éducative.

Quels cas de figure ?

Les situations peuvent varier : certains enfants sont placés chez leurs grands-parents suite au décès de leurs parents, ou plus rarement après le divorce de ces derniers s’ils ne peuvent pas en assurer la garde, en cas de difficultés parentales importantes (toxicomanie, troubles psychiatriques, détention...). Pour les enfants dans de telles situations, être placés chez leurs grands-parents est souvent une meilleure solution que les foyers ou familles d’accueil : ils sont en présence d’adultes qu’ils connaissent et avec qui ils ont un lien d’amour préexistant. Ainsi pour Klaar Hammenecker, psychologue en pédiatrie : « Lorsque les grands-parents peuvent assurer à plein temps le rôle de parents, c’est une excellente chose pour l’enfant et une bien meilleure solution que le placement en institution ou en famille d’accueil, le lien biologique qui unit l’enfant à ses grands-parents est très fort. L’amour des grands-parents à l’égard de leurs petits-enfants est très proche de celui qu’ils nourrissent à l’égard de leurs propres enfants. [...] L’enfant a plus de chance de trouver un vrai foyer et un amour inconditionnel auprès de ses grands-parents.2 […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.