© Lila Lecomte Elusse
Nous ne sommes jamais tout à fait prêts pour la tempête qui nous emporte lorsque nous devenons parents. La joie, bien sûr, mais aussi la fatigue ! Et puis, surtout… toutes ces questions qui nous viennent : est-il normal qu’il dorme si peu, ou trop ? Faut-il le réveiller, le laisser pleurer, le nourrir, encore ? Non seulement nous nous sentons souvent dépassés, mais force est de constater qu’il n’y a pas forcément consensus autour de nous. Belle-Maman a une opinion claire, mais la cousine en a une autre… Qui a raison ?!

Bon an mal an, nous trouvons peu à peu notre propre manière de fonctionner. Seulement, l’enfant grandit, et de nouvelles questions se posent. Pourquoi s’oppose-t-il ? Dois-je le punir pour qu’il comprenne ? Suis-je trop dure ? Pas assez ? Et de nouveau, les avis divergent. Dans ce brouillard, comment trouver le fil ? Comment trouver sa propre place de parent ?

Chaque situation est unique

Les conseils des autres peuvent certes être intéressants, mais il ne faudrait pas oublier que chacun est unique. Il n’y aura donc pas de recette magique universelle. Ce qui a fonctionné pour l’un ne marchera probablement pas pour l’autre. D’ailleurs, la manière d’appliquer la recette, quelle qu’elle soit, dépendra de notre posture parentale, du contexte, de l’environnement, de notre propre vécu, de nos autres attitudes... Autant dire que l’on ne reproduit jamais vraiment la même recette, dans laquelle, de toute manière, les ingrédients diffèrent. Il n’est donc pas surprenant que les résultats ne soient pas toujours cohérents.

Une reproduction inconsciente

Au départ, c’est notre expérience qui nous guidera principalement. En tant que parent, on essaye, on tâtonne, on réagit, et surtout on fait au mieux. Notre cheminement nous semble surtout personnel. En réalité, si nous nous contentons de l’expérience, nul doute que nos choix seront guidés par notre vécu, tout simplement. Notre cerveau s’évertue à nous garder dans des schémas connus, parce qu’il nous est inconfortable de remettre en cause les modèles reçus. Donc, consciemment ou inconsciemment, nous reproduisons. Les exemples sont nombreux de parents qui reconnaissent leurs parents dans leurs attitudes, alors même qu’ils aimeraient s’en éloigner. Ont-ils cependant bien pris le temps de s’ouvrir à un autre style parental ? De se renseigner sur d’autres manières de faire ? De se former ? On pense souvent qu’être parent ne s’apprend pas, qu’il suffit d’être. Pourtant, le nombre de parents en désarroi montre bien que cela ne suffit pas vraiment. En réalité, la difficulté vient du fait que les schémas sont inscrits en nous. Une bonne nouvelle pourtant : le cerveau reste plastique à l’âge adulte. Oui, nous pouvons inscrire autre chose. Nous pouvons modifier nos réactions et nos habitudes. Nous pouvons nous former.

Être parent s’apprend

Pour faire évoluer nos réactions, pour modifier nos manières de faire, une seule option : prendre le temps de se renseigner. Si nous nous sentons insatisfaits de la façon dont les choses se déroulent pour […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.