© Sophie Elusse

Parce qu'allaiter demande du temps, celui d'observer, de reconnaître, de décrypter, de répondre, mais aussi, tout simplement, du temps à consacrer 
à ces moments particuliers qui, quelle que soit la durée de l'allaitement, un jour, prendront fin, c'est une situation particulièrement propice au lâcher-prise et, par là, une belle porte d'entrée vers la slow life, que nous avons largement évoquée tout au long de ce numéro.

Allaiter « à la demande » implique de ne tenir compte ni d'horaires ni d'intervalles (comme ceux que l'on est obligé d'observer dans le cas d'une alimentation au lait artificiel), mais d'être avant tout à l'écoute des besoins de son enfant et de leur expression. Bien sûr, cela demande du temps, celui de l'observation d'abord, celui d'apprendre à détecter et à reconnaître les signaux émis par son bébé ensuite, et celui que l'on va consacrer à y répondre, également. Au début, cela peut sembler représenter beaucoup, beaucoup de temps. « J'avais l'impression de ne faire que ça, se souvient Agathe. Des tétées, encore et toujours, à longueur de journée… et de nuits ! » Et ce n'est d'ailleurs pas qu'une impression : « On peut dire qu'en général, un nouveau-né tète huit à douze fois par jour […] Et le meilleur conseil d'allaitement à donner à une nouvelle mère serait sans doute bien de ranger au fond d'un placard tout ce qui ressemble à une montre, à un réveil ou à une pendule... », peut-on lire dans L'Art de l'allaitement maternel1. Il n'en demeure pas moins que, notamment lorsqu'on est confrontée à cette situation pour la première fois, cela peut être assez déroutant ! Dès lors, la meilleure façon d'aborder l'allaitement des premières semaines le plus sereinement possible est, d'abord, de garder à l'esprit qu'un tout-petit a besoin de téter souvent ; ensuite, de tenter le plus possible de lâcher prise. Autrement dit arrêter de penser à tout ce que l'on pourrait faire au lieu de rester assise – ou allongée – à faire téter son bébé et plutôt en profiter pour se détendre, se reposer et savourer ces moments en tête-à-tête en faisant connaissance avec ce petit être qui vient de débarquer dans notre vie : cela devrait déjà suffisamment nous « occuper » dans un premier temps ! Par la suite, on constate qu'en réalité on peut faire plein d'autres choses en allaitant, comme : lire, regarder un film, discuter, manger, prendre un bain… Je choisis volontairement des exemples d'activités plutôt « détente » car c'est, selon moi, un des (nombreux) avantages de l'allaitement : il permet de prendre du temps pour faire des choses agréables, se détendre. Alors il serait dommage de ne pas en profiter ! Puis, une fois un peu plus installée dans son allaitement, on peut aussi expérimenter les joies de l'allaitement « actif », autrement dit, notamment grâce à l'écharpe de portage qui permet aisément de faire téter Bébé tout en ayant les mains libres et la mobilité nécessaire à de nombreuses autres activités : préparer à […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.