© Sophie Guedes
Masser son bébé, c'est le toucher et effectuer des mouvements sur sa peau qui produisent sensations et effets. Traditionnellement, c'est le parent qui masse son bébé par des gestes instinctifs. Ce toucher est un moyen de communication non-verbale et permet de créer et renforcer le lien d’attachement entre le parent et son bébé. Le toucher est fondamental pour l’être humain, a fortiori pour la dyade parent-bébé. Vimala Mc Clure a introduit le massage pour bébé en Occident au début des années 80 avec l’IAIM1. Les bienfaits du massage sont très nombreux. Plusieurs ont fait l'objet de validations scientifiques, d'autres sont rapportés depuis des dizaines d'années par les parents dans notre culture, et depuis bien plus longtemps en Orient. Comme le dit Vimala Mc Clure, « le massage des bébés n'est pas la science des fusées2 » : certaines choses ne peuvent pas se mesurer cliniquement, mais se ressentent et existent. Côté recherches, citons Tiffany Field3, psychologue, qui a fondé en 1992 à Miami le Touch Research Institute, centre consacré aux recherches sur le toucher et à ses applications scientifiques et médicales. L’ouvrage d’Ashley Montagu est également incontournable4 et montre notamment les conséquences désastreuses et inquiétantes de notre culture occidentale du non-toucher. Car comme le disait Frédérick Leboyer : « Être portés, bercés, caressés, être tenus, être massés, autant de nourritures pour les petits enfants, autant indispensables, sinon plus, que vitamines, sels minéraux et protéines.5 ». L’IAIM classe les bienfaits du massage bébé en quatre catégories :

Échanger avec son bébé : l'interaction

L’interaction est la « relation interpersonnelle entre au moins deux personnes, par laquelle les comportements de ces individus s'influencent mutuellement et se modifient chacun en conséquence6 ». Pour le parent et le bébé, cela signifie que chaque action du parent influence le bébé, et réciproquement. Les réponses de chacun s’adaptent, s’ajustent. Par le massage, les parents souhaitent une « relation » avec leur bébé. En effet, masser son bébé est un moyen formidable d'être avec lui, d’observer ses réactions, ses mimiques : tant de « mots » entre ces deux êtres ! L'interaction est grande. Masser, c’est communiquer. Alexandra, maman de Marin, témoigne : « Ces ateliers nous ont clairement aidés à comprendre ses réactions, à percevoir quand il était disponible pour un massage, quand il commençait à en avoir marre, etc. ». Le plus souvent, Bébé exprime de la joie. Pour moi, instructrice, c'est un régal d'être témoin de ces moments de complicité en atelier. Mais Bébé peut aussi pleurer, et les échanges par le massage aident à comprendre ces pleurs. En outre, être parent, c’est découvrir un bébé qui nous sollicite beaucoup et/ou dort mal, être désemparé ou épuisé mais devoir « tenir »... Masser son bébé constitue un moment de bien-être, une activité positive avec son bébé. On n'est plus dans le « devoir » (nettoyer des selles ou être réveillé la nuit est rarement épanouissant) mais dans le plaisir […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.