© Adèle Tabouelle
Aujourd’hui, la cause écologique serait une raison pour limiter le nombre d’enfants d’un couple, au motif qu’un enfant serait un gros producteur de déchets1. Pourtant l’arrivée d’un enfant sur la planète a aussi des conséquences positives. En effet, les enfants nés de familles à la sensibilité écologique développée ont de grandes chances d’y être sensibles également. De plus, si seules les familles dotées d’une forte conscience écologique s’empêchent d’avoir des enfants, on voit bien ce que l’avenir de l’humanité pourrait y perdre. Mais alors, comment agir au quotidien, en famille, pour s’assurer de limiter l’impact écologique négatif que nous pouvons avoir ? Au-delà d’une liste d’actions, il s’agit avant tout d’avoir une prise de recul sur notre consommation. Tel produit est-il réellement nécessaire, quel est son intérêt ? Existe-t-il plusieurs moyens de se le procurer ? Un site très connu de vente d’objets de puériculture propose une infographie ahurissante du coût d’un enfant pour ses trois premières années (hors frais de garde). Quand on avance dans le descriptif, on y découvre toute une suggestion de produits plus chers les uns que les autres et tout aussi inutiles, et de surcroît générateurs de déchets. Je me suis amusée à déconstruire cette liste d’indispensables. Je vous propose donc de découvrir mes astuces pour une parentalité zéro déchet, selon les grandes catégories identifiées comme principaux postes de dépense.

L’alimentation

Premier poste de dépense d’un nourrisson, il représenterait 35 % du budget total. Ce montant inclut les accessoires « nécessaires » selon le site. Or il s’agit sûrement de l’un des postes de dépense le plus facile à réduire tant financièrement que du point de vue des déchets. Tout d’abord, si vous faites le choix de l’allaitement, vous n’avez a priori besoin de rien. Le coussin d’allaitement peut facilement être remplacé par un oreiller. Des coussinets d’allaitement en revanche pourront vous être d’une grande utilité, idéalement lavables ; vous pourrez les revendre ou les donner lorsque vous n’en n’aurez plus besoin. Les biberons ne sont absolument pas essentiels, surtout lorsque l’on fait le choix d’allaiter. Si vous souhaitez en acheter, pensez au verre, qui se recycle à l’infini. Sachez qu’il n’est nullement besoin de les stériliser, simplement de les nettoyer au lave-vaisselle ou à la main. Pour les préparations en poudre, elles peuvent tout à fait être diluées avec de l’eau du robinet et non nécessairement avec des eaux de sources. Lorsque l’enfant commencera à s’intéresser à l’alimentation solide, vous pourrez pratiquer avec lui la diversification menée par l’enfant (DME). Cette pratique lui permet de maîtriser seul ses prises alimentaires en consommant des morceaux solides, et ce dès le début, sans passer par le stade « mixé ». On évite ainsi tous les achats de nourriture « spécial bébé », robot de cuisine adapté, etc. Quel que soit le mode de diversification que vous souhaiterez pratiquer, la chaise haute n’est pas indispensable non plus. L’enfant sera ravi de faire cette découverte en sécurité, sur vos genoux et contre […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.