© Sophie Elusse
Quand on pense éducation nouvelle, on pense nouvelles méthodes (Montessori, …) ou nouveaux outils (neuro-sciences, méditation, ...). Peut-être a-t-on tendance à oublier que l'éducation, c'est d'abord l'éducateur. La question est de savoir si, à ce niveau-là aussi, il est possible d'apporter du nouveau.On sait que la réussite au niveau éducatif, qu'il s'agisse d'éducation parentale ou d'apprentissage scolaire, dépend tout autant de la personnalité de l'éducateur – ce qu'il est – que des principes qu'il applique – ce qu'il fait. Cela n'est guère étonnant car les enfants sont beaucoup plus sensibles à ce qui émane de la personne qu'ils ont en face d'eux qu'à ses idées ou ses valeurs, aussi justes et bienveillantes soient-elles. De plus, les enfants sont tous différents les uns des autres et chacun d'entre eux est différent d'un moment à l'autre. La meilleure méthode éducative au monde ne pourra donc vraiment porter ses fruits si la personne qui l'applique n'a pas la capacité de constamment s'adapter à ces données toujours changeantes. Le problème, c'est que cette adaptabilité ne s'apprend pas dans les livres. Certains parents et éducateurs possèdent naturellement la capacité de sentir ce qu'il faut faire, quand il faut le faire et comment le faire. D'autres, au contraire, semblent toujours « taper à côté ». Ce constat pourrait paraître bien décourageant pour ceux qui n'ont pas naturellement ce « feeling ». Heureusement, cela n'est pas irrémédiable. Ces capacités intuitives, nous les avons tous en nous et il est possible de les réveiller.

Réactiver son système involontaire

Nous avons tous été de petits enfants, nous avons tous eu cette capacité à ressentir avec une grande acuité les personnes et les atmosphères autour de nous et à y réagir spontanément (on connaît la fulgurance et la pertinence des « mots d'enfants »). Cette sensibilité et cette réactivité sont toujours au fond de nous. Il ne s'agit donc pas de les acquérir mais plutôt de les dégager de ce qui les étouffe. Pour opérer ce travail de nettoyage intérieur, on peut faire confiance aussi à nos capacités instinctives. Le système involontaire de l'organisme ne demande en effet qu'à nous débarrasser de ce qui nous encombre et empêche nos capacités naturelles de s'exprimer. De la même manière qu'il rejette les corps étrangers (épines, organes greffés, ...), il peut, si on lui en donne les moyens, expulser d'autres corps étrangers, psychiques ceux-là : les conditionnements liés à l'éducation et au milieu socio-culturel ainsi que les marques laissées par l'histoire personnelle. Le problème, c'est que, chez l'adulte, ce système involontaire a le plus souvent beaucoup perdu de sa puissance originelle. Pour lui permettre de la retrouver, il est nécessaire de lui redonner la parole. C'est ce que propose une pratique appelée mouvement régénérateur qui invite, au cours des séances, à s'abandonner totalement, ce qui lui donne les pleins pouvoirs. Les quelques gestes techniques utilisés ne sont là que pour le stimuler.

Se reconnecter à son potentiel intuitif

Placé dans ces conditions optimales, le système involontaire va peu à peu déclencher de lui-même toutes sortes de réactions – […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.