Pour toujours1 est le troisième opus des Éditions Lire au monde. Après Chez moi2 et Pas d’étiquettes, s’il vous plaît !3, Valérie Guénec signe un ouvrage sur le thème du lien intergénérationnel.
  • Grandir Autrement : Comment est venu le sujet de ce livre ? Valérie Guénec : L’idée de cet album provient d’une expérience personnelle. Je vis en Norvège depuis quelques années, et nous avons retrouvé plusieurs fois mes parents à Bruxelles, pour Noël. J’ai eu l’idée de ce texte à la fin de l’un de ces séjours, dans la soirée qui a suivi notre séparation avec eux sur un quai de gare. J’ai alors observé mes parents, mes enfants, et ce qui se passait à l’intérieur de moi-même : le flot d’émotions mêlées, entre les doux instants partagés et cette cassure qu’est celle des au revoir, entre la vision du présent et celle de moi, enfant et adolescente, dans mon lien avec mes propres grands-parents. Dans ce genre de moments, les émotions affluent, sans que je sache toujours vraiment quoi en faire. L’écriture est pour moi un délicieux moyen de les faire sortir de moi, et de les offrir au monde, en miroir… Car ces expériences humaines sont à la fois uniques et universelles. J’écris toujours ces textes sur l’instant : les mots jaillissent intuitivement, en quelques minutes, de manière très émotionnelle, intuitive, sensorielle… Je suis convaincue aujourd’hui que c’est ma petite fille intérieure qui me les souffle. Ils sortent bruts, sans aucun filtre. Roseline vient y déposer des illustrations très réalistes. Et dans les nombreux retours de lecture que nous recevons chaque semaine, c’est ce cocktail qui fait la force de nos albums. Ici, il s’agit de ressentis, de sensations, d’émotion­nel autour d’un moment qui, pour moi, crée la force du lien intergénérationnel. Nous avons tous des liens interpersonnels, que ce soit avec nos grands-parents, amis, oncles, tantes…
  • Quelle était ta relation avec tes grands-parents ? J’avais une excellente relation avec mes grands-parents, ils habitaient en face de chez moi, je ne connaissais donc pas souvent ces douloureuses séparations. La seule que j’ai réellement vécue avec eux est leur mort. Pour Toujours l’évoque en filigrane, pour moi : ce train qui s’en va, et nous qui restons sur le quai, avec pour toujours un bout des passagers à l’intérieur de nous.
  • Quel est le message du livre ? Je ne sais pas si l’on peut parler de message. L’intention, s’il y en a une, serait plutôt de faire jaillir l’émotion chez l’autre. Beaucoup de parents et de grands-parents ont du mal à terminer la lecture du livre, d’ailleurs, les larmes leur montant aux yeux… Et c’est beau ! Cela permet, à mon sens, de vivre et de montrer une certaine authenticité émotionnelle avec nos proches, et entre générations. C’est aussi une célébration de la richesse du lien intergénérationnel : les […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.