© Louison Catalan

Certains parents ont construit leur projet d’enfantement à plus que deux ; d’autres ont eu des enfants en couple monogame, avant de s’ouvrir à ce qu’on nomme en France le polyamour, et ailleurs le polyamorie. Il s’agit de considérer qu’aimer plusieurs personnes en même temps est possible. Ces relations peuvent être tout à la fois, amoureuses ou non, sexuelles ou non. Parfois des contrats moraux sont passés, parfois non. Les configurations peuvent être stables ou mouvantes. Les relations entre les différents partenaires se ressemblent ou diffèrent. En bref, le « polyamour » consiste en un autre paradigme qu’on pourrait qualifier d’éco-logique1. Dans cet article, nous nous concentrerons sur la pluriparentalité dans les polyfamilles.

J’aimerais donner la parole aux personnes vivant le polyamorie et ayant des enfants, que ceux-ci aient été conçus/adoptés avant ou après la découverte de cet autre paradigme. En effet, mon appel à témoignage concernait a priori des personnes ayant construit un projet polyfamilial ou pluriparental en amont, mais les nombreux témoignages recueillis m’ont montré que nombre d’entre eux avaient eu leurs enfants alors qu’ils étaient encore en couple monogame. J’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont dévoilé un bout de leur vie et de leur intimité avec autant d’authenticité, qu’ils apparaissent ici explicitement ou pas, faute de place.

Différentes configurations

Les configurations polyfamiliales sont toutes différentes les unes des autres, allant de trois personnes à une véritable « constellation familiale », où nombre de personnes s’occupent des enfants, incluant parfois plusieurs générations. Les (é)coparents vivent ensemble, ponctuellement ou au long cours, ou pas. Claire est enceinte, elle vit avec Karl. Ils ont construit un projet de pluriparentalité avec Arthur, qui est également en relation avec Claire, mais qui vit avec sa femme à quelques centaines de kilomètres. Ce dernier est régulièrement présent chez eux pour quelques jours à une semaine par mois. La venue de cet enfant a été dès le début pensée comme un projet collectif, partant initialement d’un contexte polyamoureux qui aurait même pu inclure plus de personnes. Claire est à l’initiative de cette grossesse pluriparentale. Elle ne voulait mettre un enfant au monde que si toutes les conditions lui semblant justes étaient réunies. Elle ne voulait pas être seule à élever un enfant. Karl et Arthur étaient d’accord. La pluriparentalité semblait être la continuité logique du polyamour. Il fallait juste, selon eux, prendre en compte la situation existante et les différences d’engagement que cela impliquait nécessairement, sans pour autant tout savoir et comprendre à l’avance, notamment pour ce qui concerne leurs rôles respectifs.

Sarah est divorcée et a la garde exclusive amiable des trois enfants qu’elle a eus avec son ex-mari. Actuellement, elle vit avec un de ses compagnons. Elle a un second compagnon, Tony, vivant tout près, qui a une fille de 8 ans une semaine sur deux. Il se reconnaît comme un référent parental pour les enfants de Sarah et reconnaît Sarah comme une référente parentale pour sa […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.