© Jenny Balmefrézol

« Le bonheur ça se vit et le plaisir ça se ressent. » (Marius, 9 ans)1. Si l’idée de faire de la philosophie avec nos enfants nous a déjà traversé l’esprit, nous n’avons pas toujours les clés pour réussir à la mettre en place et il en est de même pour la méditation. Quand la philosophie et la méditation sont des activités que l’on ne pratique pas nous-mêmes, il n’est pas évident de les proposer à nos enfants et à leurs amis, même si l’on est convaincu que cela leur serait fort bénéfique.

Maman, quand je pense que j’ai attendu d’avoir 7 ans et demi pour faire de la philosophie ! ». C’est au travers d’un récit vivant, percutant et riche que Frédéric Lenoir nous raconte la touchante aventure qu’il a vécue avec des centaines d’enfants d’écoles primaires à travers le monde francophone de Paris à Montréal en passant par Molenbeek, Abidjan, Pézenas, Genève, Mouans-Sartoux, Brando, Fontenay-sous-bois ou Pointe-à-Pitre. Cette aventure, c’est celle de proposer aux enfants dans les écoles mais également à la maison de faire de la philosophie et de la méditation sous forme d’ateliers pour les 4 à 11 ans. L’idée de ce livre est de faire connaître aux éducateurs, aux enseignants et aux parents les vertus de la méditation et de la philosophie mais aussi de leur apporter des outils concrets pour pouvoir les vivre. Il est vrai qu’on peut se demander pourquoi attendre la classe de terminale pour faire de la philosophie et pourquoi également attendre d’être adulte (et de faire un burn out) pour pratiquer la méditation. Castille, 9 ans, témoigne : la méditation, «ça me sert à oublier toutes les choses qui m’énervent, qui me stressent.»

Une démarche de réflexion accessible même aux plus jeunes

« Une vie réussie, pour moi, c’est être quelqu’un de bien, qui ne fait pas de mal aux autres, qui va réconforter les gens qui souffrent et réconcilier ceux qui se sont disputés. Ça, c’est une vie réussie. »  Amin, 9 ans.

Concernant la philosophie, on constate souvent que les enfants ont une grande capacité à questionner la vie de manière simple et juste mais aussi parfois très complexe et approfondie. Ils interrogent le monde, ils s’émerveillent, réfléchissent et confrontent leurs raisonnements avec beaucoup de naturel. «À la différence des animaux, l’être humain, il n’est jamais satisfait. Il veut toujours plus. » (Tess, 10 ans).

La définition grecque de la philosophie est connue, elle provient du grec « philo» (amour) et « sophia» (sagesse), « l’amour de la sagesse ». Au sens moderne et pour une bonne partie des philosophes […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.