© Aude Gertou

Il ne se passe pas une année sans qu’on ne nous annonce en fanfare une nouvelle méthode révolutionnaire permettant de décrypter les pleurs des bébés. Mais est-ce vraiment efficace ? Et est-ce même utile et nécessaire ?

Dans les manuels de puériculture, on lit souvent qu’au bout d’un certain temps, les parents deviennent capables de différencier les pleurs de leur bébé, selon qu’ils sont causés par la faim, la fatigue, la douleur, etc. Mais est-ce vrai ? Si on leur pose la question, beaucoup avouent ne pas y arriver. Je dis bien « avouent » car, ayant lu dans les livres qu’ils devraient pouvoir le faire sans problème, ils ont du mal à admettre qu’ils n’y arrivent pas : cela ne veut-il pas dire qu’ils sont des parents nuls, même pas capables d’identifier la source des pleurs de leur bébé ?

Et une méthode de plus !

Preuve que cette « reconnaissance » n’est pas si évidente que ça : on nous sort régulièrement de nouvelles méthodes qui permettraient de savoir (enfin) pourquoi les bébés pleurent.
Ainsi, en 2003, un ingénieur en électronique catalan, Pedro Monagas, avait inventé le Why Cry, un appareil censé déterminer en 20 secondes si le bébé crie parce qu’il a faim, s’ennuie, est fatigué, stressé ou mal à l’aise, et ce avec « une fiabilité de 98 % » !
L’an dernier est paru l’ouvrage de Priscilla Dunstan1 qui se fait fort d’apprendre aux parents à reconnaître dans les cris et pleurs de leur bébé des « mots » signifiant chacun un besoin précis : mot de la faim (nèh), de la fatigue (aoh), du rot (èh), etc.
Et tout récemment, des psychologues espagnols ont découvert que les bébés n’ouvraient pas les yeux de la même façon selon qu’ils avaient peur, mal ou étaient en colère2.

Et si l’on arrêtait de vouloir décrypter ?

Bon, je ne dis pas qu’il est absolument impossible de savoir pourquoi son bébé crie. Les parents finissent en effet par reconnaître la source de certains pleurs, et aussi par être alertés quand un cri diffère des cris habituels (signe de douleur aiguë, par exemple). Mais de là à penser qu’on peut à chaque fois « mettre une étiquette » sur le cri et y apporter automatiquement la réponse appropriée…
Et la réponse appropriée n’est-elle pas le plus souvent un simple geste de parentage : prendre dans les bras, porter, garder avec soi, donner le sein ? Les mères qui allaitent et offrent le sein à leur bébé dès qu’il pleure se font souvent critiquer : comment ?! Elles donnent le sein alors qu’elles ne savent pas si c’est vraiment la faim qui fait crier le bébé ?! Pourtant, le sein est bien la réponse à de nombreux besoins du bébé, et pas seulement à son besoin de nourriture ; il peut apaiser toutes sortes de cris, sans que la mère ait à se torturer l’esprit pour savoir pourquoi l’enfant crie.
Tout récemment, une méta-analyse portant sur 8 700 bébés de moins de 3 mois issus de six pays différents3 a montré que c’est au Royaume-Uni, au Canada et en Italie que les bébés pleurent le plus, au Danemark, en Allemagne et au Japon qu’ils pleurent le moins. Pour les chercheurs, cette différence s’expliquerait en grande partie par des différences « liées au mode de parentalité ». Cela ne vous évoque-t-il pas les récits des anthropologues et voyageurs s’étonnant de ne pratiquement jamais entendre de pleurs de bébés chez les autochtones du Grand Nord, les Amérindiens, en Inde, à Bali ?


Il pleure, que dit-il ? Décoder enfin le langage caché des bébés, Éditions JC Lattès (2016).
2 « Le mystère des bébés pleureurs », Cerveau & Psycho : http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/actu-le-mystere-des-bebes-pleureurs-31479.php#top
3 https://www.sciencesetavenir.fr/sante/maladie-enfant/les-pleurs-des-bebes-plus-frequents-au-royaume-uni-qu-en-allemagne_111990

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, moi j’ai quand même une remarque, mon bébé souffre de coliques, d’acidité et de reflux, et parfois, quand il a un “trop-plein” dans l’estomac, lui donner le sein est la dernière chose à faire !!! Le prendre dans les bras, le câliner, le chouchouter, oui, lui donner un petit doigt à sucer… Mais surtout pas lui donner le sein s’il a déjà l’estomac bien rempli et de l’acidité ! Ca crée un cercle vicieux (le liquide dans sa gorge le soulage un tout petit peu et puis c’est encore pire vingt minutes plus tard). Je l’ai fait pendant quelques semaines et c’était infernal. Le conseil de l’ostéopathe : s’il suce un petit doigt et se calme, c’est qu’il avait juste besoin de téter quelque chose pour saliver un peu. Depuis qu’on fait ça, ça se passe beaucoup mieux, il pleure moins et dort mieux (OUF !!)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.