© Jenny Balmefrézol
© Jenny Balmefrézol
Avez-vous déjà observé un enfant dans un jardin potager ou dans un verger ? Un enfant avec des animaux ? Il faut le voir pour le croire. Tout est là, pour le plaisir des cinq sens ! Partager avec les enfants une activité aussi ancestrale que celle de cultiver la terre et de perpétuer la vie nous amène à apprécier des instants à la fois simples et essentiels.La permaculture est une méthode de culture globale qui conçoit des systèmes en s’inspirant de l’écologie naturelle. C’est le biomimétisme ou l’écomimétisme. Ce n’est pas une recette à suivre mais une manière d’agir qui prend en considération la biodiversité de chaque écosystème. Elle ambitionne une production agricole durable, très économe en énergie et en temps, énergie et temps humains et mécaniques. La permaculture a pour but d’être respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible. C’est dans les années 1970 que cette méthode a été théorisée par les Australiens Bill Mollison, biologiste, et David Holmgren, essayiste. Le terme « permaculture » signifiait initialement « agriculture permanente ». Il a été très vite étendu pour signifier « culture de la permanence » car ses aspects sociaux font partie intégrante d’un système véritablement durable. La permaculture implique un certain regard, une éthique ainsi qu’un ensemble de principes. L’objectif est de permettre aux personnes de concevoir leurs propres environnements et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients. Par conséquent, cela engendre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution, identifiés par Mollison comme le fondement de la destruction systématique des écosystèmes. La permaculture utilise, entre autres, des notions d’écologie, de paysagisme, d’agriculture biologique, de biomimétisme, d’éthique, de philosophie et de pédologie. Elle invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse. L’idée est de travailler le plus possible en synergie avec la nature, avec les processus naturels biologiques, physiques et chimiques liés aux conditions pédoclimatiques1 de chaque environnement. La permaculture consiste également à rendre les végétaux des cultures le plus autonomes possible et invite à s’engager dans des processus à long terme, comme greffer des arbres d’après semis en place. La nature et l’homme ensemble investissent leurs énergies pour le long terme. Quel beau lien intergénérationnel que de ramasser les fruits des graines plantées par son grand-père !

Tant de choses à y faire

Bêcher, arroser, semer, planter, goûter, creuser, désherber, attacher, récolter, transformer, il y en aura pour tous les goûts. Des actions les plus calmes aux plus physiques, chacun y trouvera son compte en fonction des envies du moment. Les activités du jardin sont très diverses et, de ce fait, peuvent s’adapter aux caractères et aux besoins des enfants. Le corps tout entier est sollicité et la tête n’est pas pour autant mise de côté. Pour les enfants, le jardin est un lieu d’apprentissages et d’expériences […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.