© Jenny Balmefrézol
© Jenny Balmefrézol

Avez-vous déjà observé un enfant dans un jardin potager ou dans un verger ? Un enfant avec des animaux ? Il faut le voir pour le croire. Tout est là, pour le plaisir des cinq sens ! Partager avec les enfants une activité aussi ancestrale que celle de cultiver la terre et de perpétuer la vie nous amène à apprécier des instants à la fois
simples et essentiels.

La permaculture est une méthode de culture globale qui conçoit des systèmes en s’inspirant de l’écologie naturelle. C’est le biomimétisme ou l’écomimétisme. Ce n’est pas une recette à suivre mais une manière d’agir qui prend en considération la biodiversité de chaque écosystème. Elle ambitionne une production agricole durable, très économe en énergie et en temps, énergie et temps humains et mécaniques. La permaculture a pour but d’être respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.
C’est dans les années 1970 que cette méthode a été théorisée par les Australiens Bill Mollison, biologiste, et David Holmgren, essayiste. Le terme « permaculture » signifiait initialement « agriculture permanente ». Il a été très vite étendu pour signifier « culture de la permanence » car ses aspects sociaux font partie intégrante d’un système véritablement durable. La permaculture implique un certain regard, une éthique ainsi qu’un ensemble de principes. L’objectif est de permettre aux personnes de concevoir leurs propres environnements et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients. Par conséquent, cela engendre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution, identifiés par Mollison comme le fondement de la destruction systématique des écosystèmes. La permaculture utilise, entre autres, des notions d’écologie, de paysagisme, d’agriculture biologique, de biomimétisme, d’éthique, de philosophie et de pédologie. Elle invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse. L’idée est de travailler le plus possible en synergie avec la nature, avec les processus naturels biologiques, physiques et chimiques liés aux conditions pédoclimatiques1 de chaque environnement.
La permaculture consiste également à rendre les végétaux des cultures le plus autonomes possible et invite à s’engager dans des processus à long terme, comme greffer des arbres d’après semis en place. La nature et l’homme ensemble investissent leurs énergies pour le long terme. Quel beau lien intergénérationnel que de ramasser les fruits des graines plantées par son grand-père !

Tant de choses à y faire

Bêcher, arroser, semer, planter, goûter, creuser, désherber, attacher, récolter, transformer, il y en aura pour tous les goûts. Des actions les plus calmes aux plus physiques, chacun y trouvera son compte en fonction des envies du moment. Les activités du jardin sont très diverses et, de ce fait, peuvent s’adapter aux caractères et aux besoins des enfants. Le corps tout entier est sollicité et la tête n’est pas pour autant mise de côté. Pour les enfants, le jardin est un lieu d’apprentissages et d’expériences permanents. À chaque heure du jour ou de la nuit, il y des choses à voir, à découvrir et même à faire. Cindy, maman de trois enfants, témoigne : « La nuit, les limaces montent et dévorent goulûment les feuilles de nos salades, de nos betteraves… alors avec les enfants nous mettons une lampe de poche sur notre front et nous partons faire le tour du potager pour enlever une à une les limaces que nous relâcherons bien plus loin le lendemain. » La nuit nous permet de découvrir un univers différent du jour, le chant du hibou, le renard qui rôde, les jeux d’ombres et de lumière. Le décor est le même, pourtant un changement d’ambiance s’opère. Le cosmos est aussi plus présent et accessible la nuit. C’est une porte ouverte à de grandes discussions nocturnes passionnantes.

Participer à la vie

© Jenny Balmefrézol
© Jenny Balmefrézol

Le jardin est un endroit idéal pour se sentir utile. Utile à son groupe, à sa famille et même à la vie en général. Participer à la reproduction du règne végétal, donner vie à une graine, en prendre soin, la chouchouter, la voir grandir et s’épanouir est une chose merveilleuse. Petits permaculteurs, ils participent à une activité très importante et même essentielle.
En famille, dans le jardin, les enfants observent les adultes prendre du temps pour le monde végétal et animal. Ils regardent les grands qui s’appliquent, qui agissent avec délicatesse et parfois avec force et puissance : tant d’intérêt porté dans un seul but, celui de prendre soin pour perpétuer la vie. On ne peut pas faire de meilleure éducation à l’environnement qu’en permettant aux enfants de vivre à la manière d’un jardinier en herbe. Dans le jardin, les enfants sont acteurs d’un grand « tout » complexe. Faire de la permaculture avec les enfants, ce sont des moments de partage intergénérationnel fort permettant la transmission des savoirs. Le jardin est un lieu de vie où chacun a quelque chose à faire. C’est un espace privilégié d’observation et de recherche. C’est un tiroir sans fond à « pourquoi » et « comment ».

Un monde à leur échelle

Le jardin est rempli de choses à l’échelle des enfants : insectes, bourgeons, fleurs… Des petits écosystèmes féeriques aux parures originales composées de codes couleurs et de formes souvent étonnantes permettent de comprendre l’intérêt de la biodiversité et d’observer l’équilibre d’un biotope2 complexe : le monde du jardin est une société structurée où les personnages imaginaires des livres d’enfants prennent vie. La coccinelle, l’escargot, l’abeille, l’oiseau, tous sont là bien vivants et travaillent ensemble pour perpétuer la vie de notre belle planète. Le jardin est un monde sans frontières qui grouille de vie. On peut voir dans les yeux des enfants leur joie de reconnaître ce petit monde. Ils découvrent et redécouvrent ce grand spectacle vivant. Observateur et chercheur empirique, le jardinier est un petit laborantin qui fait des expériences et doit sans cesse apprendre de ses échecs.

Les quatre éléments

Si on prend le temps, Il n’y a que de bonnes occasions de comprendre les conséquences météorologiques sur le vivant. Le jardin est au cœur des quatre éléments : la terre où tout démarre, le feu, chaleur du soleil, l’air, souffle du vent et oxygène, et, bien sûr, l’eau, génératrice de vie et parfois dévastatrice s’il y en a trop. La lune aussi a une incidence réelle sur les cultures. Le jardin est un point d’observation du petit comme du grand, du micro et du macro.

Les cinq sens

© Jenny Balmefrézol
© Jenny Balmefrézol

Les petits et les grands sont plongés dans les cinq sens, pas besoin d’artifice, tout est dans la nature ! Les odeurs sont multiples. Les yeux se réjouissent de la lumière, des formes et des couleurs. Les oreilles découvrent des sons riches et variés. Les papilles se régalent de tout goûter et les mains de tout toucher. Les enfants y développent leur motricité fine. « C’est avec beaucoup d’émerveillement que j’observe une petite fille de 22 mois mettre les graines une à une pour les disposer dans les fins sillons avec une précision et une patience époustouflantes et ce pendant de nombreuses minutes. », confie Hélène.

Le plaisir des goûts

C’est tout un monde à découvrir. Si on laisse faire un enfant dans le jardin, il sera sûrement curieux de tout goûter. Jardin potager et verger sont parfaitement appropriés au développement d’une alimentation autogérée. De la nourriture saine tout juste cueillie : rien de mieux pour bien grandir. « Pendant cinq mois, ma fille de 3 ans ne voulait manger presque que cru. Elle faisait des allers-retours dans le jardin et se nourrissait de manière autonome en faisant ses propres cueillettes plusieurs fois par jour. Petits pois, fraises, framboises, salades, carottes, radis, tomates… C’était formidable à voir », explique Thierry, papa de trois enfants.

Plante sauvage comestible et médicinale

La nature fait aussi très bien sans nous et c’est important de le savoir ! Une balade botanique est une bonne occasion de montrer aux enfants qu’autour d’eux poussent de manière autonome des plantes comestibles excellentes mais aussi des plantes médicinales utilisées depuis des milliers d’années.

Travailler et vivre avec les animaux

Les animaux aussi ont un rôle essentiel. Nous avons besoin de co-produire et de co-créer. Les brebis entretiennent les prairies pour que les ronces (entre autres) n’envahissent pas tout. Les poules, en échange du gîte et du couvert, nous donneront de bons œufs que les enfants se feront un plaisir de récolter, de compter et de mettre en boîte. Les ânes et les chevaux pourront travailler pour le labour et nous donneront du fumier pour les cultures… La liste des possibilités est longue. Entre les hommes et les animaux, l’histoire ne date pas d’hier. Les enfants ont bien souvent des liens très forts avec les animaux.

Les univers riches et incessants du jardin et de la nature en général sont des lieux fabuleux d’échanges et de découvertes pour le plaisir des petits et des grands. La relation d’interdépendance entre l’homme et la nature est une donnée essentielle de notre vie sur Terre. Donner du sens le plus tôt possible à l’environnement végétal, minéral et animal dans lequel nous évoluons est un grand cadeau que nous pouvons offrir à nos enfants.


Relatif au climat des sols et de leurs « horizons » (température, humidité, composition gazeuse).
En écologie, type de lieu de vie défini par des caractéristiques physiques et chimiques déterminées.

Pour aller plus loin :

Introduction à la permaculture, Bill Mollison, Éditions Passerelle Éco (2012).

Les enfants ! Vous venez jardiner ? 45 activités pour faire aimer le jardinage aux enfants, Ghislaine Deniau, Éditions Terre Vivante (2017).

Ardéchoise d'adoption, j'habite avec ma famille en pleine nature dans une petite ferme traditionnelle. Je suis une Maman-Passion de trois enfants. Je vis un quotidien passionnant et rebondissant entre le travail à la ferme (agriculture biologique, permaculture), l'instruction en famille en unschooling, mon activité de doula, énergéticienne, d'art-thérapeute et l'écriture. Notre ferme est un lieu de vie et d'expérience où le projet est de relancer des savoir-faire ancestraux et vivriers dans le but d'une acquisition d'autonomie et de partage. Nous nous intégrons dans un réseau solidaire de nombreuse familles ardéchoise que se soit pour la paysannerie, la parentalité bienveillante ou l'IEF. Nous militons au quotidien par notre mode vie, nous sommes engagés pour un « mieux vivre » et ensemble de préférence!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.