© Arin Hiriart
Communiquer par les mots est propre à l’être humain et le pouvoir de la verbalisation sur notre psyché n’est pas à sous-estimer. Les mots peuvent blesser, comme ils peuvent apaiser, soulager. Ce sont des alchimistes qui ont la capacité de transformer l’expérience vécue pour offrir un regard renouvelé. Quand une crise survient, là où, sans explications par l’adulte, l’enfant vivra souvent des émotions fortes et envahissantes, mettre en mots permet de lui donner des clés de compréhension et des codes pour prendre de la hauteur par rapport à ses peurs et ses ressentis profonds. Quand tout semble se déliter et se séparer, quand on perd la maîtrise de ce qui se passe à l’extérieur, communiquer apaise et permet le lien qui rassemble.

Les situations de crise, des temps d’émotions fortes pour les petits... comme pour les grands

Lorsque nous nous retrouvons confrontés à une situation de crise personnelle comme collective, nous en ressentons immédiatement les effets dans nos émotions. Selon les moments, nous expérimentons de la colère, de la tristesse, de la peur, de l’incompréhension face à ce qui vient rompre l’équilibre et l’harmonie que nous connaissions. Nous aimons rarement les changements soudains qui sont pour nous source d’insécurité par rapport aux repères que nous nous étions créés. Si cela est vrai à tout âge, cela l’est d’autant plus chez l’enfant qui, en plein cœur de sa construction physique et psychique, a un besoin fondamental de sentiment de sécurité matérielle, émotionnelle et affective. L’une des premières choses à faire pour éviter que les émotions ne deviennent trop envahissantes lors d’une crise de vie, c’est de verbaliser notre ressenti, de poser des mots sur ce qui se passe. Mettre des mots permet en premier lieu de « sortir de soi » ce qui est difficile à supporter. En extériorisant les émotions, il est fréquent que d’elles-mêmes, elles commencent à s’apaiser car elles ne sont plus enfermées en nous mais sorties de notre intériorité par les mots. Cela est bénéfique pour celui qui dit son émotion, mais aussi pour celui qui vit à ses côtés et qui sinon la ressentira sans pouvoir en connaître réellement la nature ni l’ampleur. En premier lieu, nos enfants. Mettre des mots sur une émotion, c’est permettre de transformer un ressenti évanescent en une matière que l’on peut concrètement toucher et remodeler... ensemble. C’est une véritable voie de compréhension et de transformation.

Mettre en mots, une puissante clé de compréhension et de transformation

Mettre des mots sur une période difficile, des mots adaptés selon l’âge et le degré de compréhension de la personne à laquelle on s’adresse, est la façon la plus simple et la plus efficace de dépasser la sphère des émotions brutes. Il est même possible et conseillé d’expliquer ce que l’on vit à nos bébés in utero. Nommer quelque chose, c’est lui donner une existence concrète, la délimiter, lui offrir un […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.