© Jenny Balmefrézol-Durand

Face à la fourchette, manger avec les mains et se lécher les doigts est en réalité plus sain, favorise la digestion et aide à la prévention de certaines maladies. La petite fourche ne semblerait pas promise à un avenir radieux. On vous explique tout.

Historiquement, la fourchette a été inventée pour attraper des aliments sans les toucher avec les doigts. Il y a une part de praticité et de noblesse dans cet objet devenu banal aujourd’hui. On retrouve les premières traces de fourchettes dans l’Égypte et la Rome antique. À l’époque, elles étaient longues et servaient à piquer la viande dans les marmites. Leurs petites sœurs, plus courtes, font leur apparition dans l’Empire byzantin aux alentours du premier millénaire. Selon la légende, en France, la fourchette (en or) est importée par Catherine de Médicis pour manger des poires cuites. Elle est ensuite lancée avec plus de succès par son fils, Henri III, qui y trouve un excellent moyen de s’alimenter sans tacher sa fraise, les immenses collerettes jadis à la mode. Toutefois, la fourchette reste encore peu utilisée, tant la crainte est forte de se piquer avec une pointe de l’objet. Sa diffusion commence au siècle des Lumières lorsque le clergé, qui l’associait à l’instrument du diable, perd de son autorité.

Faciliter la digestion

Manger avec les doigts permet de donner beaucoup d’informations au cerveau pour préparer la digestion et activer les sens. Ces derniers servent d’indicateurs pour connaître la température, mais aussi pour savoir si les aliments sont durs ou souples. Lorsqu’on touche la nourriture, le cerveau libère certains enzymes. Ainsi, le corps prépare les organes digestifs afin de faciliter l’assimilation et la digestion de chaque bouchée. Peu importe la technique utilisée pour amener la nourriture jusqu’à la bouche, chacun trouvera naturellement la méthode qui lui convient. Néanmoins, avoir des mains propres restera la seule recommandation. Il est important de se laver les mains afin d’éliminer les mauvais microbes et les résidus de produits chimiques que l’on trouve malheureusement sur beaucoup d’objets que l’on touche. Mais comme le corps est bien fait, certaines bonnes bactéries restent sur les mains malgré le lavage. En mangeant avec les doigts, ces bactéries alors utiles combattront les microbes dans l’organisme et nous protégeront donc tout en stimulant nos anticorps.

Moins de risques de développer certaines maladies

De plus, manger avec les mains incite à manger plus lentement et j’ai même envie de dire plus en conscience étant donné que de nombreux sens sont stimulés. Or manger vite provoque un certain nombre de problèmes de digestion et augmente également le risque de souffrir de diabète de type 2. En effet, lorsqu’on utilise une fourchette, on a tendance à manger vite de grandes quantités de nourriture. Les doigts restent secs et propres (si on considère que la nourriture est sale), mais l’alimentation est mécanisée et perd en qualité. Il est aussi intéressant de savoir que le niveau de satiété est atteint naturellement en une vingtaine de minutes en […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.