Bleu pour les garçons, rose pour les filles"; dit ainsi, cela peut sembler très cliché. Pourtant, si l’on arpente les rayons d’un magasin de jouets, il est encore très commun de trouver une démarcation très claire dans les rayonnages entre les jouets pour filles et les jouets pour garçons. Et la mixité dans tout ça"?

Qu’est-ce qui conditionne le style d’un jouet ? Il s’agit bien souvent du genre. Il est tentant de tomber dans la facilité, et d’offrir des petites voitures à un petit garçon et une poupée à une petite fille. Et on ne peut pas dire que l’on soit franchement guidé·es pour faire autrement.

Pourtant, de nombreux petits garçons apprécient de prendre soin d’autrui et le manifestent à travers des jeux dits « de filles » comme les poupées. Et à l’inverse, de nombreuses petites filles apprécient davantage les courses de voitures que les poupées.

Ou même les deux ! Filles et garçons prendront autant de plaisir à jouer tant à la poupée qu’aux voitures. Pourtant, en tant que parents ou accompagnants, on aura tendance, souvent inconsciemment, à genrer la proposition de jeux.

Ce n’est pas toujours évident de se sortir de ce mécanisme tant la société conditionne l’histoire.

Du côté des filles

Lorsque l’on prend le temps de bien regarder les rayons de jouets destinés aux filles, qu’y trouve-t-on ? Au mieux, des poupées, des figurines roses ou violettes à paillettes. Au pire, des reproductions en plastique de matériel ménager (mes préférés !) : fer à repasser, aspirateur, robot mixeur...

Je grossis volontairement le trait. Mais à bien y regarder, déjà, à travers de simples jouets, un message s’imprime dans l’inconscient de la future jeune fille.

L’air de rien, l’esprit « féminin » se conditionne doucement à devenir une bonne mère ou une bonne ménagère futile qui aime les trucs qui brillent. C’est bien là une proposition de base à laquelle nous sommes libres ou non d’adhérer bien évidemment.

Mais en creusant un peu, on se rend compte que cette image du féminin est ensuite relayée par les magazines, les séries télé ou sur les réseaux sociaux à l’adolescence. Les films à l’âge adulte ne sont guère mieux, réduisant souvent la figure féminine à être docile et jolie en plus d’être la quête amoureuse du héros masculin... Comme le souligne pertinemment Mirion Malle dans son roman graphique Commando Culotte1.

Du côté des garçons

Les garçons ne sont pas mieux lotis, car s’ils bénéficient d’office dans les rayons qui leur sont destinés des jouets de construction pour les futurs bâtisseurs qu’ils seront, ils auront également la chance de pouvoir s’approprier des voitures de course pour aiguiser leur esprit de compétition, et, mieux […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.