© Delphine Hachez
© Delphine Hachez
Les hommes sages-femmes sont rares. Si l’accès à la profession s’ouvre à eux en Belgique et en France au début des années 80, ils représentent aujourd’hui moins d’un pour cent de l’effectif total de la profession1 en Belgique, et à peine deux pour cent des sages-femmes actives en France2, alors qu’en gynécologie-obstétrique, on compte, en France, un peu plus de cinquante-six pour cent d’hommes3... C’est que depuis le 18e siècle, une subordination entre les obstétriciens et les sages-femmes existe : « Aux hommes l’exercice de compétences médicales et scientifiques via les interventions chirurgicales valorisantes et valorisées (césarienne, forceps), aux femmes le rôle d’accompagnement relatif à des compétences attachées aux qualités dites féminines4 ». La capacité d’empathie envers la femme enceinte reste aujourd’hui encore fortement perçue comme innée pour les femmes et difficile à acquérir, voire douteuse, chez les hommes. Sébastien Macors, père de deux enfants et compagnon de sage-femme, exerce en Espagne comme sage-femme libéral et sage-femme hospitalier. Une vocation qu’il ressent dès l’adolescence. Très actif dans la défense de l’accouchement physiologique, il a travaillé comme coopérant au Sahara occidental, à Haïti et au Nicaragua. Aujourd’hui, il souhaite fonder une maison de naissance publique5 mais se heurte à une vision encore patriarcale de la naissance. Pour lui, il existe encore trop de verticalité dans l’accompagnement des naissances : « La spécialisation des sages-femmes, c’est l’accouchement physiologique. Nous sommes formés pour répondre à la douleur et aux besoins du post-partum et notre outil, c’est la confiance : donner confiance aux mamans, aux couples, à la personne qui va accompagner la naissance. Et ça fonctionne ! Mais beaucoup de sages-femmes sont encore formées à assister les gynécologues, à gérer des péridurales… Si on a à cœur sa profession, on ne peut qu’aller vers la non-intervention, c’est tellement évident. Le futur des soins de santé, c’est la co-responsabilité. Au lieu de prendre la décision pour la patiente, on accompagne la prise de décision. Ça donne de très bons résultats car la personne qui accepte la responsabilité d’un acte le vit mieux ; et nous, professionnels, assumons la responsabilité d’identifier un souci, d’informer, de calibrer la prise de décision. À l’hôpital, trop souvent, c’est le gynécologue qui décide pour la femme, et beaucoup de sages-femmes sont encore formées sous ce modèle vertical, masculin, qui ne répond pas toujours aux besoins des femmes. En tant que sage-femme, on est amené à se connecter à cette partie féminine du “savoir prendre soin des autres”, en étant à l’écoute de ce qui est là et en donnant confiance. » Dans l’exercice de sa profession, Sébastien n’a jamais rencontré de problème lié à son genre, ce qui n’est pas le cas d’Alain Ghislain, l’un des deux premiers hommes sages-femmes de Belgique francophone, époux de sage-femme, père et grand-père. Alain est l’un des rares sages-femmes hommes de Belgique à pratiquer l’accouchement à domicile […]
La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s.
Maman de deux enfants nés en 2011 et 2014, j’ai cheminé dès ma première grossesse vers une maternité plus verte et plus douce. J'étais déjà engagée dans une voie d'écologie intérieure et extérieure, mais la maternité m'a poussée plus en avant encore à remettre en question mes choix de vie et mes conditionnements. J'ai eu la chance de découvrir Grandir Autrement dès ma première grossesse. Mon fils est né dans la « salle nature » d’une maternité bruxelloise et ma fille à la maison. Je les ai allaités longtemps. Leur père et moi avons découvert avec joie l’univers du portage et de l'hygiène naturelle infantile. Nous avons signé avec nos bébés : quelle joie de communiquer avec eux si petits ! Suite aux allergies de mon fils, nourrison, nous sommes devenus vegan (j'étais végétarienne depuis 1999). Après quelques années d'unschooling nous avons co-créer des projets “d’écoles sauvages” avec d'autres familes, inspirées par Summerhill et les « forest-schools ». Je connais l’épuisement maternel pour y avoir plongé à plusieurs reprises, et j’ai appris au fil des ans, à lâcher mon idéal de mère parfaite et rechercher un équilibre femme/mère qui m’épanouie. Je fais de mon mieux pour ne pas reproduire la violence éducative ordinaire reçue, perçue, hier et aujourd’hui. L'écriture d'un blog a accompagné mes questionnements de maman dès le début, pour prendre du recul et partager mes apprentissages. Jécris pour Grandir Autrement depuis le n°59 et collabore comme photographe depuis le n°53. Je suis rédactrice mais aussi masseuse, énergéticienne, facilitatrice d’espace dansés, photographe, bloggeuse et auteure d’un livre pour enfant : Charlie et le petit frère, auto-édité. J’aime jongler avec mes habilités. Dans les épisodes précédents de ma vie, j’ai étudié les sciences économiques et la politique internationale. Je suis heureuse d’œuvrer tel un colibri pour une nouvelle culture, guidée par l’amour et le respect de soi, des autres et de tout ce qui nous entoure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.