©Prune Jude
La période durant laquelle l’être humain apprend le plus est celle se situant de la naissance à ses 6 ans. C’est également la période durant laquelle il joue sans cesse. « Un bébé n’est pas conscient de jouer, d’expérimenter, il fait ce que sa survie lui commande de faire.1 » Manifestement, les apprentissages peuvent être abordés par le jeu. Celui-ci comporte donc de nombreux enjeux sur l’apprentissage, mais pas seulement. Lorsque l’on joue, on prend du plaisir à jouer, et donc à apprendre. L’apprentissage se fait sans effort, sans que l’on ne s’en rende compte. L’objectif principal est de jouer, le reste se fait en silence. Divers apprentissages peuvent être approchés par le jeu. C’est le cas pour l’étude de certaines disciplines, comme par exemple les mathématiques, les langues, l’histoire, etc. La « pédagogie par le jeu » s’est d’ailleurs spécialisée dans ce domaine. Le jeu permet, de manière générale, de travailler nos aptitudes. Nous pouvons donc au choix travailler les mémoires, la concentration, la patience, la persévérance, la coopération, l’agilité, la déduction, le respect des règles et d’autrui, l’écoute, la communication, l’observation, la stratégie et bien d’autres encore. Parmi ces aptitudes, il y en a une qui est approchée quel que soit le type de jeu auquel nous jouons. Il s’agit de l’intelligence émotionnelle. Lors d’un jeu, nous sommes confrontés à nos émotions, à notre personnalité profonde. Nous sommes moins en capacité de les canaliser. Ainsi, toutes les émotions sont décuplées. La joie, les sourires et les rires surgissent de manière plus impulsive. Mais c’est également le cas pour la colère, les cris, les larmes. Notre personnalité ressort de manière incontrôlée, nous devons donc nous mettre à l’écoute de ce que ressent l’autre, comprendre ce que nous ressentons et apprendre à nous maîtriser. Enfin, l’enjeu du jeu avec nos enfants qui semble le plus puissant est celui consistant à remplir leur réservoir affectif, et le nôtre au passage. Jouer (avec sincérité), c’est prendre le temps. « C’est une méthode efficace toujours disponible pour lui transmettre des messages d’amour, de sécurité, et de confiance, quel que soit son âge.2 » C’est être ici et maintenant, avec le ou les autres joueurs, sans laisser notre esprit faire la liste des courses, regarder « juste » un truc sur notre téléphone ou toute autre stimulation du quotidien. Les enfants ressentent quand nous ne sommes pas pleinement présents, cela crée des manques et des soucis de communication. Quand on est adulte, on peut ressentir une gêne, un ennui, une impression de perdre son temps en se lançant dans le jeu avec son enfant. Le jeu de société (JDS) est une bonne alternative afin d’atténuer voire supprimer ces ressentis et de s’offrir des moments de plaisir partagés avec nos enfants. Et si vous sentez qu’il vous est difficile lors d’un JDS d’être pleinement présent, vous pouvez au préalable donner rendez-vous aux autres […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e
Quand je suis devenue maman pour la première fois en 2013, ma vie a pris un tournant vertigineux. Dans ce changement de vie radical, en écoute avec mon "instinct", je me suis souvent confrontée à l’incompréhension des autres. Avouons-le, je me sentais parfois seule (mais cela n’appartenait qu’à moi finalement). Puis pas à pas, mes lectures, rencontres et l’écoute de mon enfant m’ont donné une grande confiance en moi et en ma vie à venir. Le magazine Grandir Autrement a toujours été un soutien précieux sur ce chemin. Il était le parfait reflet de l’écoparentalité que nous nous bâtissions. Tout s’est imbriqué petit à petit dans une continuité flagrante : allaitement long, peau à peau, cododo, portage physiologique, couches lavables, shantala, bain libre, massage pour bébé, motricité libre, langage des signes pour bébé, diversification menée par l’enfant, apprivoisement des émotions et besoins (les détecter à temps, les comprendre, les aimer et apprendre à vivre avec), communication non-violente, instruction en famille, pédagogies alternatives diverses (Montessori, Steiner, Forest School, Unsco…), consommation qui tend vers le minimaliste – zéro déchet – bio et local, permaculture, développement personnel… C’est une réelle joie, un plaisir et une fierté que de m’investir à présent pour Grandir Autrement en partageant un peu de notre famille.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.