© Maxime Lelièvre
De « Wat » pour water et « Su » pour shiatsu1, cette technique fut découverte par hasard au début des années 1980 par l'Américain Harold Dull. C’est dans les sources d’eau chaude de Harbin, en Californie du Nord, qu’il a emmené ses élèves pour pratiquer les étirements du Zen shiatsu dans l’eau. Ce fut une formidable surprise quand il s’aperçut des avantages de cette méthode en milieu aquatique. Et depuis, cette trouvaille est devenue une discipline en soi, et s’est essaimée un peu partout autour du globe.

Le Watsu est une thérapie corporelle douce, pratiquée dans de l'eau chaude (34-35 °C idéalement). Elle combine tour à tour mouvements, étirements, bercements et pressions sur les méridiens. Le receveur est muni de flotteurs aux jambes afin qu’il puisse s’abandonner dans les bras habiles et expérimentés du praticien, sur le rythme de leurs respirations accordées. Cette méthode invite à un grand lâcher-prise ayant pour but de laisser place à la nature profonde du sujet. Les effets et les ressentis du Watsu sont singuliers et personnels. C’est en résonance avec son histoire que le receveur plonge dans son intériorité. Les ressentis sont larges et chacun y trouvera ce dont il a besoin. Certains partent dans un état méditatif, d’autres se réconcilient avec leur corps ou encore revivent leur vie intra-utérine. « J'étais si bien… peut-être me suis-je reconnectée à la période de ma vie avant ma naissance ! », témoigne Hélène. Indiscutablement, l’eau chaude détend le corps. Elle apaise l’esprit et procure un sentiment d’unicité. Flotter revient à ne plus ressentir la pesanteur, ce qui entraîne une sensation de légèreté et modifie la perception de l’espace et du temps. D’après de nombreuses personnes qui l’ont reçu, le Watsu est une incroyable occasion de se découvrir profondément, de plonger dans un état de conscience hors du commun. Le lien entre l’eau et l’origine de la vie semble évident et fait l’unanimité. Une séance dure en moyenne soixante minutes. La tête est soutenue soit par le maintien du donneur, soit par un coussin flotteur. Le Watsu traditionnel se pratique la tête en surface pendant toute la durée du soin. Cependant, certains praticiens y incluent (si le patient en a envie) des techniques subaquatiques pour faire des passages sous l'eau en utilisant un pince-nez.

Qui peut recevoir le Watsu ?

Tout le monde peut bénéficier de ce massage. Des nouveau-nés aux centenaires en passant par les enfants, les adolescents, les personnes valides, les personnes à mobilité réduite et les femmes enceintes. Le praticien bienveillant saura adapter son attitude aux besoins de chacun. Néanmoins, quelques précautions sont à prendre si le receveur souffre de certaines pathologies comme des problèmes cardiaques, respiratoires, du diabète, etc. Le patient devra avoir un avis médical et le donneur devra alors en être informé afin d'adapter son soin en toute connaissance de cause. Pendant la grossesse, le Watsu s’avère être un beau moment de connexion avec le […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.