© Nehemie Nelson
« Le temps, c’est de l’argent », « on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche » sont des phrases que nous entendons très jeunes. Qu’ils viennent de la société, de notre entourage ou de nos propres parents, ces dictons influencent et conditionnent notre rapport à l’argent. Cela dit, devenus adultes, nous pouvons voir que nous ne faisons pas tous les mêmes choix face à l’argent. Et nous pouvons constater qu’en fonction de notre éducation, de notre enfance, notre rapport à ce dernier n’est pas le même. Il convient donc de s’interroger sur ce que nous transmettons à nos propres enfants, par le biais de nos paroles bien sûr, mais aussi dans les non-dits… Aujourd’hui, nous sommes dans une société où tout, ou presque, s’achète. C’est en tout cas ce qu’on entend communément. « Tout s’achète ». Ce n’est évidemment pas vrai. L’amour ne s’achète pas, le bonheur non plus. Cependant, la plupart considéreront qu’il est bien plus facile d’être heureux quand on a de l’argent, même si « l’argent ne fait pas le bonheur ». Mais avoir de l’argent, c’est quoi ? Pour certains, c’est être riche, pouvoir s’acheter ce que l’on veut, quand on veut, c’est vivre dans l’opulence. Pour d’autres, c’est avoir assez pour vivre confortablement. Ce qui est relatif aussi : que signifie vivre confortablement ? Est-ce vivre dans une grande maison, dans un beau quartier, posséder deux voitures, un écran de télévision dernier cri, le dernier smartphone à la mode, de beaux vêtements, un frigo toujours rempli, des placards pleins et des robots de cuisine pour cuisiner ce qu’ils contiennent ? Ou est-ce avoir le nécessaire : une maison où l’on se sent bien (qui peut être un habitat nomade), de quoi se vêtir, de quoi manger, de quoi se divertir (à choisir en fonction des goûts de chacun…) ?

Les besoins essentiels… et les autres

Nous n’avons pas tous les mêmes besoins, c’est évident. Mais nous avons tous les mêmes besoins vitaux. Avoir un abri, se couvrir, se nourrir. Pas besoin de beaucoup d’argent pour ça, a priori. Cependant, il est vrai qu’aujourd’hui, la vie coûte cher. Quand on y pense, c’est une drôle d’expression. Vivre coûte cher. Nous devons payer pour vivre, en d’autres mots nous achetons notre vie. La question est : vivre comment ? Payer combien ? Il suffit d’aller dans un supermarché et d’observer ce que nos semblables achètent pour constater que nous ne nous nourrissons pas tous de la même manière. De même, il est intéressant de noter que les réfrigérateurs et placards de notre entourage ne sont pas du tout remplis de la même façon en fonction des gens. Et ce, quel que soit le niveau de vie. Bien sûr, l’argent dont chacun dispose joue un rôle dans la façon de consommer mais cela ne fait pas tout. En effet, notre société de consommation nous a fait intégrer que tout un tas de produits sont indispensables. Y compris ceux qui sont totalement inutiles et même nocifs pour notre […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.