© Sophie Elusse

Allez, fais-moi plaisir pour une fois. Est-ce que tu te rends compte jusqu’à quel point tu me fatigues ? ! Du matin au soir ton frère se prend des coups alors c’est normal qu’il dise que tu es méchant ! Si seulement tu pouvais t’endormir facilement comme ta sœur pour que je puisse enfin me reposer. Si tu pouvais avoir un peu de considération, ce pauvre poisson aurait un aquarium propre, s’il pouvait parler il lancerait un appel au secours.

Sous forme d’accusation, de reproche, de menace, de prophétie, de rejet, de comparaison ou de fausse négociation, les enfants entendent et subissent le chantage affectif au quotidien.

Toucher les points faibles chez les plus faibles

Le chantage affectif est une forme très puissante de manipulation par laquelle un proche menace, directement ou indirectement, de nous punir si nous ne comblons pas ses désirs. Lorsque quelqu’un se fait piéger par le chantage, cette personne est forcée d’agir contre sa volonté. Elle se ment à elle-même. Malheureusement le chantage est une pratique fréquente dans toute relation humaine étroite comme la relation entre parents et enfants. Un parent utilise les points faibles de sa fille ou de son fils, ses sentiments, ses traits de caractère, ses passions ou ses peurs pour obtenir de sa part quelque chose. Parmi ceux-ci, l’amour pour son propre parent ! L’une des caractéristiques du chantage est le lien affectif fort entre « le bourreau » et sa « victime », c’est d’ailleurs très facile pour cette dernière d’adopter rapidement une telle étiquette. Le cercle vicieux du chantage empêche celui qui le subit de se défendre, l’amour étant son repère principal de sécurité, surtout pour l’enfant dans la relation avec son ou ses parent.s.

Les effets du chantage affectif chez les enfants tout comme chez les adultes

La meilleure façon de voir à quel point et de quelle manière le chantage affectif peut rabaisser une personne, peu importe son âge, c’est d’essayer de se mettre à sa place. Imaginez que vous arrivez du travail épuisé.e et votre amoureux ou amoureuse vous propose de sortir. Vous refusez. Alors elle ou il vous dit : « Si c’était avec tes copains tu serais fin prêt.e à sortir ce soir même si tu es fatigué.e ». Votre petite voix intérieure vous rappelle instantanément votre niveau d’égoïsme, vous fait vous sentir coupable. Que répondriez-vous à votre chéri.e ? Le chantage affectif envers les enfants a ce même effet et c’est d’autant plus difficile pour eux de s’en protéger.

Comment exprimer ses sentiments sans tomber dans le chantage ?

Un parent qui exprime sincèrement et de manière ponctuelle et factuelle ses sentiments – « J’aimerais finir de trier ces papiers sans interruption, ainsi je serai à toi plus rapidement, car je reste concentré.e et ça va plus vite » – fait voir à l’enfant l’aspect pratique de la situation. Autrement, en utilisant le […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.