© Sophie Elusse
J’ai interrogé ma maman, grand-mère de huit petits-enfants, sur son statut de grand-mère : comment elle perçoit son rôle, comment elle le vit, mais aussi comment cela évolue dans le temps, puisqu’elle a été grand-mère pour la première fois il y a vingt-trois ans et que la plus jeune des ses petits-enfants a 4 ans.
  • Grandir Autrement : Comment vois-tu ton rôle de grand-mère ? Marie-Françoise : La première fois où je me suis trouvée grand-mère, ça m’a fait tout drôle. Je me suis dit ça y est, je suis passée à un autre stade, je ne suis plus seulement maman. Avec mes premiers petits-enfants, j’ai tout appris de mon rôle de grand-mère, que je vois comme un soutien aux parents, un lien très fort avec mes petits-enfants, un échange entre nous tous, grands-parents, parents, petits-enfants.
  • As-tu rencontré des difficultés, notamment du fait que tes enfants faisaient certaines choses différemment avec leurs enfants que ce que tu avais pu faire avec les tiens ? La façon d’élever les enfants a évolué, certaines choses ont changé bien sûr. J’ai pu être étonnée, même heurtée, parfois, par certaines façons de faire, mais j’ai toujours respecté la façon dont chaque parent et chaque couple élève ses enfants. Ce sont leurs enfants, pas les miens, j’estime qu’en tant que grand-mère je n’ai pas à m’en mêler.
  • As-tu des souvenirs de tes grands-parents ? De mes grands-pères, oui. Avec mon grand-père paternel, on n’avait pas de contact véritablement affectueux, mais j’en garde de bons souvenirs. Avec mon grand-père maternel, on était plus proches, on se voyait souvent. C’est lui qui a en quelque sorte remplacé mon père, qui a été absent pendant cinq ans puisqu’il a été fait prisonnier pendant la guerre. Il a donc eu une place particulière dans ma petite enfance.
  • Les grands-parents peuvent donc aussi pallier l’absence des parents ? Oui. Je l’ai aussi expérimenté avec mes premiers petits-enfants, dont la maman, du fait de ses problèmes de santé, n’était parfois pas en mesure de s’occuper. Pendant leur petite enfance nous avons souvent pris le relais.
  • Cela a dû créer un lien particulier avec eux. Oh oui ! D’ailleurs j’estime que ça m’a apporté autant qu’à eux. Cet investissement, tant en temps qu’affectif, a correspondu à notre installation dans la maison qui jusqu’alors était notre maison de vacances. Un changement de vie radical, passer de la ville à la campagne, de la proximité d’avec le reste de nos enfants à un éloignement géographique, tout ça n’était pas simple pour moi. M’investir auprès de mes petits-enfants m’a aidée à faire la transition avec cette nouvelle vie.
  • Tu as des petits-enfants d’âges très différents : qu’est-ce qui a changé entre tes premiers pas de grand-mère et la façon dont tu le vis à présent ? Bien sûr, avec les plus jeunes, je ne fais plus tout ce que je faisais avec les […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.