© Epukas
La glu résineuse des abeilles, ou propolis (du grec propolis, « devant la cité »), est l’un des plus anciens remèdes de l’humanité. Connue et utilisée depuis l’Antiquité, notamment pour soigner les plaies, elle fut cependant délaissée au profit de l’industrie pharmaceutique avant d’être redécouverte au milieu du 20e siècle. Très riche en flavonoïdes, puissants antibiotiques naturels, elle permet de renforcer le système immunitaire. Voyons ses multiples applications, en prévention comme en soin au quotidien. La propolis est le résultat du mélange de la résine prélevée par les abeilles sur les bourgeons de certains arbres (peuplier, marronnier, sapin) à de la cire et à une enzyme sécrétée par leur système glandulaire. Cela forme une sorte de mastic dont les abeilles se servent pour colmater leur habitat, l’isolant ainsi des courants d’air et de l’humidité, en même temps qu’elles dressent une barrière contre les germes et les bactéries. Elles l’utilisent également pour fabriquer un sas à l’entrée de la ruche. En étant systématiquement en contact avec ce sas à chaque fois qu’elles y pénètrent, les abeilles isolent leur lieu de vie de toute contamination extérieure. La propolis se compose de 50 % de résine et baume végétal, 30 % de cire, 10 % d’huiles essentielles et aromatiques, 5 % de pollen et 5 % d’autres substances. Ses propriétés sont à la fois antimicrobiennes, fongicides, régénératives, anesthésiques, anti-inflammatoires et cytostatiques1.

Propolis, mode d’emploi

En séparant à froid la cire de la propolis, on obtient un produit pur où les éléments actifs sont en bien plus forte concentration que dans la propolis brute. La propolis est commercialisée sous différentes formes. Selon le mode d’intervention souhaité et/ou la pathologie à traiter, on choisira plutôt l’une que l’autre. Attention toutefois à bien prendre de la propolis certifiée biologique, afin que celle-ci soit exempte de résidus de pesticides. On la trouve sous forme de poudre, à avaler avec un peu de liquide ou en gélules. Elle peut aussi se présenter sous forme de gouttes. Elle est alors diluée à 10 % dans une solution alcoolisée. Pour les affections des voies respiratoires, on peut opter pour les granulés à mastiquer. Une fois en bouche, ceux-ci prennent, au bout de deux à trois minutes de mastication, la consistance d’un chewing-gum qui va libérer progressivement les flavonoïdes qu’il contient. On peut aussi en faire un emplâtre à apposer sur les gencives en cas d’abcès dentaire ou de gingivite, par exemple, mais également sur les verrues. Il existe des granulés plus petits, à avaler avec un peu d’eau, un quart d’heure à vingt minutes avant les repas, particulièrement efficaces en cas de troubles digestifs. Enfin, on trouve des sprays nasaux et bucaux à base de propolis, utiles en prévention ou en traitement des affections ORL, ainsi que du sirop. Signalons également l’existence de crème à la propolis, que l’on peut utiliser en traitement des dermatoses et appliquer sur les brûlures, égratignures, piqûres d’insectes, etc. Les réactions allergiques à la propolis sont […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.