© Nehemie Nelson
Pour rester dans le thème du dossier de ce numéro, j’ai interrogé deux de mes enfants sur la mort. L’aîné a 12 ans, sa sœur 5 ans. Contre toute attente, nous avons bien ri, malgré la gravité apparente du sujet ! Leur regard et leurs réflexions m’ont parfois fait prendre des directions inattendues. Je vous invite à les suivre. Merci à Nehemie et Lila de s’être prêtés au jeu des questions, non sans humour et à propos.
  • Grandir Autrement : C’est quoi, pour vous, la mort ? Nehemie : C’est quand on n’est plus vivant. On peut plus bouger, on peut plus respirer, notre cœur bat plus, notre corps fonctionne plus. On est mort, quoi !
  • Alors ça veut dire qu’on n’existe plus ? Nehemie : Ben non, mais on se décompose. À la fin on ressemble à un squelette et on peut plus rien faire. Ça veut dire qu’on est mort.
  • Donc, quand on meurt, on disparaît petit à petit. Mais est-ce ça veut dire qu’on n’existe plus ? Nehemie : Si, on existe toujours dans la tête et dans le cœur des gens, comme un souvenir.
  • Est-ce que ça vous fait peur la mort ? Nehemie : Moi, c’est avant de mourir que ça me fait peur. Par exemple, si j’ai une maladie ou alors si je me blesse et que ça me fait mal avant de mourir, ben c’est pas cool. Mais sinon c’est pas la mort en elle-même qui fait peur, de toute façon quand t’es mort tu ressens plus rien. Enfin en fait on sait pas, si ça se trouve après la mort y a des trucs. En fait personne peut revenir pour le dire. Ce qui serait bien, c’est qu’il y ait quelqu’un qui soit mort, qu’on arrive à le réanimer et qu’après il puisse dire comment c’est.
  • Est-ce que vous avez déjà été confrontés à la mort de quelqu’un ? Nehemie : Oui, Mémé (mon arrière-grand-mère). Mais j’étais petit, je l’avais pas vue beaucoup et je comprenais pas trop ce qui se passait. Je me souviens de toi, Maman, t’étais là et tu pleurais, genre « Aaah, Mémé elle est morte… ». Mais moi je comprenais pas vraiment. Et sinon je me souviens aussi de Claude [un oncle par alliance] qui est mort. Mais ça m’a pas fait grand-chose parce que je le connaissais pas bien.
  • Il y a eu aussi Tonton Michel. Vous vous en souvenez ? Nehemie : Ah oui, Tonton Michel ! Lila : Ah oui, j’ai entendu ça déjà, qu’il était mort.
  • Mais est-ce que tu te souviens de lui un peu ? Lila : Non, pas trop. Nehemie : Moi je me souviens de son canapé ! Il y avait des boutons, on pouvait appuyer dessus et ça le faisait bouger. Enfin, je me souviens aussi de […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.