© Objectifs petits
Pour préparer cet article, je me suis plongée dans la lecture du livre de Frédéric Lenoir :  La Puissance de la joie1. En quatrième de couverture, on peut lire : « Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie ? », « La joie ne se décrète pas, mais peut-on l’apprivoiser ? La provoquer ? La cultiver ? » De mon côté, j’ai alors voulu savoir comment ces questions trouvaient réponse auprès de mon entourage. Je remercie donc Aurore (6 ans), Alexandre (12 ans), Mayanne (13 ans), Marine (35 ans), Cyril (41 ans) et Bernard (72 ans) pour ces échanges, parfois très personnels, mais avant tout très joyeux.
  • Grandir Autrement : Qu’est-ce-que la joie pour toi ? Comment pourrais-tu la définir ? Aurore : La joie, c’est quand on est content. On fait quelque chose avec quelqu’un qu’on aime bien. Par exemple, quand je joue de la guitare pour toi. Alexandre : C’est un sentiment. On a le sentiment d’être heureux, et quand on est heureux, on est joyeux. Mayanne : C’est une émotion. Tu la ressens quand tu es avec tes proches. Quand on est heureux, on est joyeux. Quand on fait quelque chose que l’on aime, on est joyeux. Marine : Je dirais que la joie, c’est un moment d’instant présent. Il n’y a pas de liaison avec le passé ou le futur. C’est aussi un moment de plénitude. Cyril : C’est quelque chose de momentané. On peut dire que quand on est joyeux, c’est un moment de plaisir. Bernard : La joie, c’est un vaste sujet. Pour moi, je dirais que c’est un plaisir de vie. Par exemple, il y a quelques années, lorsque je prenais un avion pour visiter un pays que je ne connaissais pas, cela me mettait en joie. C’est une question de découverte, et ce n’est pas quelque chose de matériel.
  • As-tu récemment éprouvé des moments de joie ? Si oui, dans quelles circonstances ? Aurore : Oui, hier, j’étais très joyeuse car c’était mon anniversaire. J’étais contente, surtout que ma grande sœur était là. Alexandre : Oui. Par exemple, hier quand je suis allé sur le cross et que j’ai fait tout le parcours sans que mon poney Billy ne fasse de refus devant un obstacle, j’étais très content. Mayanne : Oui. Par exemple, aujourd’hui et hier, j’étais contente car j’ai montré à des gens ce que je fais en pâte Fimo et ils ont aimé. Ça m’a fait très plaisir que mon travail leur plaise. Marine : Un peu moins depuis un an, c’est plus difficile dans les circonstances […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.