© Myriam Emond
Aujourd’hui, on va parler flaques, boue, bouillasse, jeux (salissants) de plein air, etc. Parce que oui, les enfants adorent ça. Les parents un peu moins... mais ils seront peut-être plus indulgents s’ils savent que c’est bon pour la santé psychique et physique de leurs enfants ! Vous connaissez peut-être la chanson de Gainsbourg écrite pour Petula Clark, qui commence ainsi :
Du mois de septembre au mois d’août Faudrait des bottes de caoutchouc Pour patauger dans la gadoue La gadoue, la gadoue, la gadoue Ouh la gadoue, la gadoue

Les joies du pataugeage

Qui n’a jamais vu des enfants patauger joyeusement dans des flaques d’eau, s’éclaboussant à qui mieux mieux et finissant crottés de la tête aux pieds ? Je me souviens de mon aîné, âgé de 3 ou 4 ans, en train de sauter encore et encore dans une flaque d’eau (et de la mine clairement désapprobatrice d’une dame assistant à la scène...). Je me souviens de tous les moments où mes enfants ont pris grand plaisir à « faire de la bouillasse » comme ils disaient, mélangeant allégrement terre et eau. Je me souviens d’une vidéo qui a tourné sur Internet montrant des enfants glissant sur un toboggan et arrivant dans une immense flaque d’eau1. Un jeune père en a même tiré l’idée d’une salopette spéciale flaques et boue2, « une après-midi de mars pluvieuse au parc où, après quelques minutes seulement et malgré tous (ses) efforts, (son) fils s’est retrouvé avec son pantalon hyper sale et complètement trempé ». Oui, les enfants ont besoin pour se développer de se confronter aux éléments, à la terre, à l’eau, au vent..., de vivre dans et avec la nature.

C’est bon pour la santé

Leur corps lui aussi a besoin de ça. Selon l’hypothèse hygiéniste3 (avec laquelle, il faut le reconnaître, tout le monde n’est pas d’accord), une trop grande hygiène dans la petite enfance ferait le lit des allergies et des maladies auto-immunes. Plusieurs études ont ainsi montré que les enfants d’agriculteurs vivant dans des fermes, au milieu des volailles et du bétail, c’est-à-dire en présence de micro-organismes se développant au contact de ces animaux, présentent, en moyenne, moins d’allergies que ceux vivant en ville4. L’an dernier, une étude faite en Finlande5 a trouvé que les enfants qui jouent à l’extérieur en forêt ont un meilleur système immunitaire. Pour les chercheurs, il existe un lien indéniable entre la biodiversité environnementale, le microbiome humain et le système immunitaire du jeune enfant6. Terminons avec une étude relatée par la presse sous le titre « Dirty Sheets Make Babies Healthier »7, soit : « Les draps sales rendent les bébés plus sains ! ». Selon l’étude8 […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e
Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau s’intéresse depuis plus de 40 ans à tout ce qui tourne autour de la grossesse, de la naissance, de l’allaitement, du maternage et des bébés. Elle est animatrice de LLL France, dont elle a été la présidente dans les années 1990. Elle a écrit de nombreux ouvrages sur ces thèmes, Derniers parus : Ne pleure plus bébé, L'allaitement maternel (nouvelle édition), Petit guide de l'allaitement pour la mère qui travaille (nouvelle édition), Album tendresse de la jeune maman (nouvelle édition), Allaiter plus longtemps, Le cododo, pourquoi, comment (nouvelle édtion).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.