© La Chrysalide
La Chrysalide1 a ouvert à la rentrée 2015 dans la campagne du Sud Gironde. Pour parler de son projet et de ce qui est d’ores et déjà réalisé, nous avons interrogé Morgane, cofondatrice et directrice de l’école, Catherine et Guillaume, des parents qui sont là depuis le début de l’aventure, et leurs enfants, Célestin, 12 ans, et Robinson, 9 ans.
  • Morgane : Créer la Chrysalide était dans la continuité de mon parcours. À Cap Cabane, l’entreprise d’écotourisme fondée avec mon conjoint, on proposait déjà aux enfants des activités sur l’environnement, des jeux coopératifs… Les deux autres fondateurs venaient d’univers un peu différents, mais complémentaires. Marc avait l’envie d’accompagner les enfants vers la transition et savait que le levier du changement, c’est l’éducation. Sophie quant à elle était sur le savoir-être : aider les enfants à savoir qui ils sont.
  • Grandir Autrement :  Au niveau pédagogique, quelles étaient vos références ? Les pédagogies actives faisaient clairement partie du package de départ. Par contre on n’est affiliés à aucun courant en particulier, on pioche un peu partout. Et Nathalie, l’institutrice, s’inspire beaucoup de la pédagogie de la coopération2. Mais la pédagogie, ce n’est pas tout, l’idée était aussi de faire de l’école un modèle sociétal, de créer une communauté capable de faire plein de choses pour que ça fonctionne : chantiers participatifs, commissions, fête de l’école… Ce n’est pas juste une école où l’on dépose ses enfants le matin et où on va les rechercher le soir. C’est un lieu vivant où l’on expérimente. Et pour ça, il est important d’avoir des parents motivés par l’aventure, car c’est un investissement.
  • Et l’aspect nature et environnement ? L’école étant au milieu d’une ferme en agriculture biologique, les enfants sont tout le temps au sein de la nature. Les maternelles vont se balader une heure tous les matins. On mange quasiment toujours dehors, sauf s’il fait vraiment froid. On est aussi très axés sur l’écologie, avec des modules qui traitent des déchets, des matériaux, c’est fabriqué où, par qui… Ça fait partie du projet pédagogique que de les inciter à se poser des questions sur l’univers qui les entoure.
  • Comment se passe la journée ? Le matin, c’est les apprentissages. Le début d’après-midi, c’est lecture, activités calmes. Et après 15 heures, activités artistiques, philo, yoga, chant, jeux coopératifs… On rebondit beaucoup sur ce que les enfants apportent. Et même s’ils ne font pas tout ce qu’ils veulent, ils ont un champ d’action très large pour accomplir leur « plan de travail » défini chaque semaine.
  • Et l’aspect vivre ensemble ? Il est très présent, tant dans la vie quotidienne que dans les apprentissages. Par exemple, il y a beaucoup de tutorat entre les plus grands et les plus jeunes. Et l’on travaille beaucoup sur la gestion des conflits, reformuler, savoir dire […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.