Quand un bébé arrive au sein d’un foyer, il est parfois devancé par un animal de compagnie qui y tient déjà une place plus ou moins importante. Chacun doit s’adapter au changement qui se prépare pour qu’il se déroule dans l’atmosphère la plus apaisée possible.

Lorsqu’un couple attend un enfant, le regard qu’il porte sur son animal de compagnie peut soudain changer. Un sentiment teinté de crainte pour la sécurité physique du bébé et affective de l’animal (lorsqu’il est considéré comme un membre de la famille à part entière) peuvent soudain apparaître, rendant particulièrement anxiogène l’idée de la cohabitation.

Le mythe du chat « étouffeur de bébé »

Lorsque l’animal de compagnie est un chat, les futurs parents peuvent déjà se rassurer en tordant le cou au mythe populaire du chat « étouffeur de bébé ». Pas besoin donc de le mettre à la porte ou de le confiner dans une pièce de la maison par « précaution », imaginant un duo à risque composé d’un animal sournois bien décidé à étouffer l’objet de tant d’amour de la part de ses maîtres. Il peut se promener dans la chambre du bébé pour y déposer son odeur et la considérer comme une pièce parmi d’autres. D’ailleurs, certains parents ont fait l’expérience d’un changement précoce et significatif du comportement de leur animal durant la grossesse, celui-ci ayant senti, grâce aux phéromones dégagées par la mère, parfois bien avant que celle-ci n’ait pris connaissance de son état, l’arrivée du petit être. Il est recommandé de faire sentir le bébé au chat si celui-ci s’approche lorsque le bébé lui est présenté (certains chats se mettent en effet volontairement à l’écart ; mieux vaut, dans ce cas, ne pas insister et attendre un moment plus propice). En outre, les nouveaux bruits et la présence de visiteurs plus nombreux qu’à l’accoutumée peuvent stresser un peu le félin, qui aura sûrement besoin d’être rassuré et de s’isoler un peu.

Conseils d’une éducatrice canine

Idem concernant les chiens qui ont eux aussi besoin d’être préparés. C’est ce qu’a fait Amandine en essayant de mettre en place un terrain propice à la rencontre entre sa chienne Hiska et sa fille Manon avant de voir grandir une magnifique complicité. « Ma sœur est éducatrice canine, j’ai écouté ses conseils. Lorsque nous préparions la chambre, Hiska le voyait et l’accès ne lui a jamais été interdit. Elle reniflait souvent mon ventre et je l’ai toujours laissée faire. Quand Manon est arrivée, son père a rapporté à la maison son premier pyjama pour que la chienne le sente avant que je ne rentre à la maison. Nous avons ensuite présenté Manon à Hiska, elle l’a bien sûr reniflée. Le transat était toujours en hauteur de façon qu’Hiska ne l’atteigne pas sans notre surveillance mais nous l’avons toujours laissée sentir Manon (sous surveillance bien sûr). Petit à petit, il y a eu une interaction entre elles […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.