© Jenny Balmefrézol

Écrire pour rire, pour s’épanouir, pour ancrer des souvenirs, pour exprimer ses sentiments ou juste pour partager un moment : il n’y a que des bonnes raisons de prendre la plume. Pourquoi ne pas le faire à plusieurs, en famille et en jouant ?
Et si l’on ne sait pas encore écrire, quelqu’un d’autre pourra le faire sous la dictée.

Je partage ici un bref éventail de jeux d’écriture à pratiquer à plusieurs. Ces quelques propositions sont des invitations à expérimenter et à en inventer vous-même d’autres sans modération. Pratiqués dans le respect de chacun, ces jeux sont de fabuleux vecteurs de créativité collective, de fou rire et de poésie inattendue. La structure familiale est souvent rassurante et représente, de ce fait, un endroit particulièrement approprié pour s’exercer avec plaisir à l’expression écrite et orale et à la stimulation de la créativité.
Je vous propose quelques règles facilitant le bon déroulement des jeux et la production de textes :

1 Restez le plus possible ouvert à ce qui vient à vous, ne vous posez pas trop de questions, soyez spontané et ne vous jugez pas. Ce n’est pas toujours facile mais petit à petit cela viendra.

2 Pour favoriser l’émergence d’une écriture spontanée et libre, les participants ne doivent en aucun cas se sentir jugés. Pour ce, pendant les jeux d’écriture, il est fortement déconseillé de faire des réflexions sur l’orthographe ou la syntaxe, de manière à ne pas inhiber les personnes qui ne sont pas sûres d’elles ou qui ne maîtrisent pas bien le langage écrit.

3 Le groupe écrit à partir d’un ou plusieurs points de départ ou inducteurs de texte. Il est tout à fait possible de les transgresser, de les interpréter, soyez à l’aise et faites à votre manière. Le but est de prendre du plaisir, pas de se sentir coincé.

4 Les durées d’écriture sont déterminées par le groupe de manière plus ou moins précise an que la cadence soit homogène dans le groupe.

5 Lors des moments de partage des textes, personne n’est obligé de lire son texte à voix haute. Si quelqu’un ne souhaite pas  partager avec le groupe, c’est son choix et il doit être respecté.

4 mots

C’est un jeu très riche qui permet une expression très libre.
Chacun écrit sur quatre petits papiers qu’il pliera ensuite.
1- une couleur, 2 – un lieu, 3 – un sentiment ou une émotion, 4 – un objet.
On fait ensuite un tas pour chaque thème : un tas avec les couleurs, un tas avec les objets, et ainsi de suite. Chaque participant tire un papier de chaque tas et écrit un texte de la longueur qu’il veut, incluant les quatre mots tirés.

Qu’est-ce que?

Ce jeu est idéal pour s’exprimer sur des sujets importants de la vie. Après une première lecture des textes, il peut aussi dériver en atelier philo à l’oral.
Chacun écrit un ou plusieurs thèmes sur des petits papiers.

“Qu’est-ce que l’amour ? Qu’est-ce que l’école pour toi ? Qu’est-ce que la famille ? Qu’est-ce que le travail ?”

Puis chacun plie son papier et le met dans un chapeau ou autre réceptacle. Mélanger et tirer un papier par personne. Un temps d’écriture est déterminé et chacun écrit. Le temps d’écriture peut être très court, ce qui favorise une écriture spontanée.

Le jeu des blancs

C’est un jeu très stimulant pour l’imagination.
Chacun dispose d’une feuille à carreaux, vierge. Chaque participant écrit sur la feuille des mots ou des morceaux de phrase de manière à faire un texte à trous. Puis chacun passe la feuille à son voisin de droite. Chacun rajoute des mots, en intégrant les mots déjà écrits afin de créer du sens et de commencer à faire un texte plus ou moins cohérent.
On passe à nouveau la feuille à son voisin et ainsi de suite jusqu’à ce que la feuille soit remplie.

Pourquoi, parce que

Si on ose se laisser aller, ce jeu donne souvent des résultats très cocasses. Il est vecteur de rire et de plaisir.
Dans un premier temps, chacun écrit en haut de la feuille une question qui commence par « Pourquoi » puis plie la feuille de manière à ce que les autres ne voient pas ce qui est écrit. Chacun passe la feuille à son voisin. Dans un deuxième temps, chaque participant écrit une phrase qui commence par « Parce que », puis plie à nouveau la feuille. Chacun passe à nouveau la feuille à son voisin et on continue ainsi des séries de « pourquoi, parce que ».
Quand la feuille est remplie, chacun ouvre et lit.

“Pourquoi les mygales n’aiment pas le chocolat à la noisette ?
Parce que la grand-mère d’Arthur est toujours bien habillée.
Pourquoi le lundi n’est pas un jour comme les autres ?
Parce qu’après un match de foot on pue toujours des pieds.”

Je veux tout savoir

Sur le même principe que le jeu précédent, chacun écrit une phrase qui commence par « Je veux tout savoir sur » puis plie la feuille et passe à son voisin. Ensuite chacun écrit une phrase qui commence par « mais je n’ai rien à dire sur » et plie à nouveau. Au bout de trois ou quatre séries de « Je veux tout savoir sur »/« mais je n’ai rien à dire sur », chaque participant déplie sa feuille et lit.

“Je veux tout savoir sur la fabrication des plats traditionnels de Colombie.
Mais je n’ai rien à dire sur le fonctionnement des rotules des pattes avant des chimpanzés.”

Écrire en dessin

C’est un jeu très créatif qui allie art plastique et écriture. Les résultats sont souvent très beaux. Chacun peut en profiter pour se vider la tête en écrivant des choses simples comme ce que l’on a fait dans la journée, par exemple.
Quelqu’un fait au crayon gris un grand dessin sur une feuille, par exemple, un escargot, une fleur, une maison, un paysage… Puis avec une écriture plutôt spontanée, à tour de rôle pour ne pas se gêner, les participants écrivent sur les traits du dessin de manière à remplacer le trait par le texte.
Quand tout le monde a écrit et que le trait est totalement recouvert, gommez le crayon pour ne laisser que le texte. De loin le dessin est évident et de près on s’aperçoit que c’est le texte qui fait le dessin.

Petite annonce

Sous forme d’une petite annonce, dans un premier temps, chacun écrit quelque chose qui commence par « Donne », puis plie et passe la feuille à son voisin qui écrira la suite en commençant par « contre ».

“Donne chien pantouflard qui bave âgé de 10 ans, en parfaite santé,
contre
tarte à la brandade un peu trop cuite mais faite avec amour.”

Le soleil

C’est un jeu qui se veut positif. Il est stimulant et les résultats sont agréables.
Quelqu’un dessine un grand soleil, au centre on y met un thème choisi par le groupe, par exemple : la famille, nos prochaines vacances, le bébé qui arrive bientôt… Chacun écrit sur un ou plusieurs rayons du soleil ce qu’il veut dire sur  le thème. Le but est d’écrire des choses positives.

La liste des courses

Ce jeu permet de nous exprimer sur nos souhaits et désirs du moment. Il fait parfois sortir des choses importantes qui peuvent être développées ensuite, à l’oral. C’est un moment idéal pour parler de nos manques ou de nos projets en famille.
Chaque participant fait une liste de courses imaginaire qui n’a pas de limites. Après avoir écrit en haut de la feuille « liste des courses » suivi de la date, chacun fait sa liste de la longueur qui lui convient. Ensuite, un temps de lecture collective est proposé.

“Une copine qui ne se moque pas de moi à la récré.
Un patron sympa.
La lune pour y dormir des jours et des jours.
Des chaussures qui font courir très vite.
Un gâteau énorme pour partager avec
tous les enfants du monde.
Une fête d’anniversaire comme celle de Julie…”

Pour aller plus loin:
80 pratiques d’ateliers d’écriture, Monique Janvier, Éditions Chronique sociale (2013).
Pratique des jeux littéraires en classe (9 à 12 ans), Yak Rivais, Éditions Retz (1999).
109 jeux d’écriture, Pierre Frenkiel, Éditions Chronique Sociale (2014).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.