© Jenny Balmefrézol-Durand
Selon les études1, dans le monde, chaque seconde, 635 couches-culottes jetables sont utilisées pour les bébés. Cela représente 20 milliards de couches jetées chaque année. Les femmes utilisent2 treize fois par an et 520 fois dans leur vie une serviette ou un tampon hygiénique. À l’échelle mondiale, cela représente une consommation de 1 447 serviettes hygiéniques chaque seconde, soit 45 milliards par an. Autant dire que l’impact écologique de ces déchets n’est pas anecdotique ! Comment pouvons-nous faire autrement ? Le zéro déchet dans ce domaine est-il possible ? Les pratiques d’hygiène naturelle sans déchets jetables sont mal connues et pourtant, elles existent depuis toujours. Ces techniques sont accessibles à tous et ont de nombreux avantages : physiques, émotionnels et écologiques. Pour les bébés, l’idée est de répondre à leur besoin d’élimination non pas avec une couche jetable en permanence mais en étant à l’écoute de leurs signaux afin de leur proposer d’éliminer dans un pot, aux toilettes, au-dessus d’un évier, dans la nature, etc. Le flux instinctif libre invite la femme à se connecter à ses sensations, lui permettant par avance de ressentir le moment où le sang va couler et à l’évacuer aux toilettes, dans la nature, etc.

L’hygiène naturelle infantile (HNI)

Élever son enfant sans couches est une pratique naturelle qui vise à prendre en compte les besoins d’élimination du bébé en lui proposant de l’accompagner dans son action d’élimination. Dès la naissance, le bébé émet des signaux pour nous alerter qu’il va uriner ou faire caca. Si l’on capte ces signaux, on peut alors mettre le bébé en position, sur un pot ou autre. Si on ne fait pas attention à ces signaux, qu’on les ignore, alors le bébé va rapidement cesser de les émettre. L’HNI est avant tout une connexion intime avec le bébé. C’est une forme de communication qui se met en place, un lien de confiance, une complicité absolument magique ! Cela peut se pratiquer dès la naissance. Il y a en premier lieu un temps d’observation car si certains signes peuvent se retrouver d’un bébé à l’autre, chaque bébé a néanmoins sa propre manière d’exprimer ses besoins. On peut aussi commencer l’HNI à tout moment, même si cela semble plus facile de débuter avant les 4 mois du bébé. En réalité, il n’y a pas de recette ou de méthode à suivre à la lettre car l’HNI est une histoire de lien parents-enfant. Il n’y a pas de ratés ou de réussites. Pour vivre l’HNI de manière heureuse, il ne faut surtout pas de pression. Plus on est détendu, plus cela se passe de manière fluide. Il ne faut pas craindre les pipis ou les cacas hors du pot, cela fait partie de l’aventure.

Les signes de bébé

Ils peuvent être des sons, des pleurs, un changement de comportement, d’expression faciale ou alors on peut voir clairement le bébé pousser. Certains bébés cumulent aussi les signes ou n’ont pas les mêmes pour le pipi ou le […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.