© Jenny Balmefrézol
En Espagne il y a une expression qui dit que ton bébé viendra avec un pain sous le bras, mais ce n’est pas du tout vrai, parce que quand on naît là-bas, il n’y a aucun soutien pour les familles qui accueillent un bébé. L’Espagne est le vingt-cinquième pays sur vingt-sept de l’Union européenne qui donne le moins d’argent aux familles après la naissance d’un bébé1. Le gouvernement considère que les familles qui ont droit à un soutien doivent gagner moins de 12 000 euros par an, ce qui signifie que presque personne n’a d’aide financière. Ces familles avec un salaire inférieur à 12 000 euros perçoivent une prestation de 1 000 euros par enfant, une prestation souvent jugée insuffisante2. Mais, d’un autre côté, les familles espagnoles ont seize semaines pour rester à la maison avec leur bébé3. Elles peuvent décider si c’est la maman, le papa ou les deux qui profite de ce temps. Seule obligation concernant les congés : la maman doit prendre six semaines pour se reposer ; les dix autres semaines peuvent être partagées entre les deux parents. Aussi, s’il y a plusieurs bébés, par exemple des jumeaux, les parents peuvent avoir dix-huit semaines, c’est-à-dire deux semaines de plus par enfant supplémentaire. Pour les parents qui ont besoin de continuer à travailler, la loi donne la possibilité de travailler à temps partiel. Les dix semaines sont alors transformées en vingt semaines parce qu’ils ont repris le travail à mi-temps.

Pratiques parentales

En Espagne, on voit de plus en plus de parents avec des porte-bébés, le côté confortable et pratique étant plébiscité, mais, dans les petits villages, l’habitude d’utiliser la poussette est plus commune. Celle-ci est utilisée comme un chariot où l’on se décharge des sacs de courses, du sac à main et autres bricoles que l’on porte sur nous. Il y a une autre question sur laquelle les Espagnols n’arrivent pas à se mettre d’accord. C´est celle d’avoir une nounou ou un proche (grands-parents, sœur, mère, etc.) pour s’occuper de l’enfant. Ce n’est pas dans les habitudes de chercher une fille au pair ou une nounou. Les Espagnols sont plus réticents à laisser leurs enfants à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas. Ils préfèrent une personne de confiance ou issue du noyau familial mais, bien entendu, les situations varient d’une famille à l’autre et tout le monde n’a pas la possibilité de laisser les petits avec la famille en raison de la distance, de l’âge des grands-parents, etc.

L´allaitement

En Espagne, les mères préfèrent allaiter si c’est possible parce qu’elles pensent que c’est meilleur pour leur bébé et savent qu’il y a plein d’études qui disent que les bébés qui boivent le lait maternel ont moins de problèmes de santé. On entretient l’idée que le lait maternel a beaucoup de propriétés alimentaires qui font grandir le bébé plus vite et avec moins de maladies, parce que le lait de sa mère le […]
La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.