© Victorine Meyers
À l’aune de ce que l’on peut espérer être une ère de parentalité respectueuse, une kyrielle de qualificatifs désignent cette façon d’être parent. Parentalité respectueuse, positive, non-violente ou bienveillante, autant de termes pour finalement traduire une façon naturelle d’être parents, celle qui consiste à traiter nos enfants comme des êtres humains à part entière. La bienveillance a la cote, et ce mot est bien trop galvaudé désormais, à tel point que certains parents cherchent comment atteindre la perfection dans leur comportement avec leurs enfants.

Et s’il n’était pas si facile de faire prendre conscience que respecter nos enfants devrait être naturel ? Léandre Bergeron a anticipé en appelant à traiter ses enfants comme des invité(e)s de marque du titre éponyme de son livre1. En effet, on ne saurait crier sur un invité de marque ou lui reprocher d’avoir cassé par mégarde une assiette. Ainsi, en faisant ce parallèle, l’image est parlante et les parents ont un étalon auquel se reporter.

Parent modèle

En se référant aux sempiternels guides, livres et articles qui fleurissent sur la parentalité bienveillante, les parents trouvent des repères, des exemples concrets sur ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire. Bien que ces exemples puissent être de réels soutiens pour des parents qui cherchent la meilleure façon de faire, ils n’en restent pas moins des exemples dans des circonstances particulières et avec des personnes particulières à chaque fois. Parce que nous sommes tous différents et avons tous des parcours et des enfances différents, ce sont ces particularités qui nous poussent à agir d’une façon ou d’une autre, qui font de nous les parents que nous sommes. Mais rien n’est gravé dans le marbre, et si notre comportement est inapproprié, on peut le rectifier, sans pour autant suivre un modèle pas à pas. On lit parfois ici et là, sur les blogs ou listes de discussion, des signatures du genre « Marie, maman d’Ethel allaitée, portée, sans couche, …», ce genre de signature tend à montrer aux autres quel parent nous sommes, elle dit « vous voyez comme je respecte ma fille, je suis une bonne mère, je fais tout comme il faut ». Pensons-nous être jugé sur notre capacité à être de bons parents ou non ? Croyons-nous que de tels comportements « bienveillants » nous dédouanent d’éventuels écarts que nous pourrions faire ?

Sous le regard d’autrui

La façon dont nous nous comportons avec nos enfants diffère souvent selon que nous avons des témoins ou non. La violence sur les enfants est surtout présente dans l’intimité des foyers, les nombreux témoignages que publie l’OVEO2 montrent combien il est difficile de prendre conscience de cette violence et de modifier nos comportements, et notamment en huis clos puisque personne ne nous envoie de signaux permettant de jauger si nous dérapons ou non. Emportés par un tourbillon de violence, nous ne sommes plus à même de voir les conséquences de nos actes sur l’instant de […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.