© Pixabay
L’eau, source de vie, élément crucial à notre existence et à celle de tout ce qui vit, est célébrée par toutes les cultures et religions. Rituels et rites de passage louent ses vertus de purification, de fluidité, de renouveau. Au quotidien, nous aussi, nous l’utilisons pour nous apaiser, retrouver de l’énergie ou nous laver physiquement et émotionnellement d’une journée chargée. Comment, hors des dogmes, célébrer de manière créative l’eau, sa préciosité, et partager gratitude et émerveillement avec nos petits ?

Qui a bu de l’eau de source, de l’eau vive, chargée de l’énergie de la terre, du soleil, des pierres et des plantes qu’elle caresse sur son passage, a goûté la différence avec l’eau domptée et aseptisée vendue au robinet ou en bouteille. L’abondance artificielle de l’eau chlorée et monnayée nous éloigne de l’émerveillement de voir la pluie tomber et remplir les réservoirs, nourrir la terre, faire gonfler les cours d’eau. Dans les supermarchés, fruits et légumes sont vendus toute l’année, comme par magie. Quid du miracle du cycle de l’eau, intimement lié à celui des saisons, de l’attente, de la joie d’avoir accès à cette eau qui lave les inquiétudes et nourrit toutes les composantes de notre être ? En délégant notre approvisionnement en eau potable aux sociétés, notre rapport à l’eau perd en conscience. Nous n’avons plus notion de sa rareté, ni de ses vertus. L’eau est devenue un bien de consommation au même titre que le gaz, le pétrole ou le pain du supermarché. Pour autant, nous pouvons dès à présent ramener de la conscience dans notre rapport à l’eau, par une consommation raisonnée, et à un niveau plus subtil, en apprenant à nous connecter à l’énergie de l’eau.

Dynamiser l’eau que nous buvons

Énergiser l’eau que l’on boit, c’est réveiller ses propriétés, son énergie ancestrale, lui rappeler d’où elle vient, qui elle est et ce qu’elle va servir en nous. Pour cela, prenons un instant de pause avant de boire, pour parler à cette eau qui va pénétrer dans notre corps. Prenons conscience que nous nous abreuvons d’elle, que nous prenons soin de l’un de nos besoins primaires et que cet acte est une occasion pour se remémorer ce qui est essentiel dans notre vie. À chacun.e ses mots et ses intentions, différents selon ce qui vit en nous sur le moment. Certain.e.s collent des dessins ou des mots sous leurs cruches, comme des fleurs de vie1. Dessiner des fleurs de vie avec ses enfants est un beau challenge géométrique ! De quoi s’exercer au maniement du compas ! On peut aussi déposer au fond du pichet familial des cristaux aux qualités que nous voulons attirer dans notre quotidien ou des pierres-trésors rapportées de balades. Certains utilisent des ioniseurs pour charger l’eau en ions négatifs, comme on en trouve en abondance au bord des torrents et de l’océan. L’important reste l’intention et la gratitude. Voici deux exemples d’invocation : « Merci pour […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.