Nous souhaitons tous que nos enfants, lorsqu'ils quitteront le nid familial, soient autonomes et capables de gérer leur quotidien, notamment de se faire à manger. Mais nul besoin d'attendre l'adolescence pour les initier à la cuisine. Très jeunes, ils peuvent participer et apprendre à cuisiner. Ils développent ainsi un savoir-faire utile et une compétence plus large : l'autonomie.En faisant la cuisine, on apprend beaucoup : on fait des maths (mesures, multiplications ou divisions pour adapter la recette...), on lit la recette. Cela nécessite de la dextérité manuelle et les sens sont stimulés. Mais au-delà de toute cela, cuisiner ensemble est une bonne approche pour laisser les enfants gagner en autonomie, petit à petit, en fonction de leurs compétences. Encore faut-il pour cela que les parents se sentent à l'aise. Ces quelques astuces pourraient vous aider.

1. Cuisiner des plats du quotidien

Si l'on feuillette les ouvrages de cuisine pour enfants, on y trouve surtout des recettes pour les jours de fête, avec une majorité de produits sucrés. Il est plus utile – à la fois pour que cela vous aide et pour qu'ils apprennent du concret – de proposer aux enfants de participer à la cuisine de tous les jours. Il n'y a nul besoin de les allécher par un plat exceptionnel, n'importe quelle recette de base les intéressera et leur procurera la fierté d'avoir participé à ce qui se trouvera dans leur assiette.

2. De la liste de courses à la vaisselle

Bien sûr, les plus petits ne pourront pas prendre en charge la réalisation complète d'un plat, mais même à ce moment-là, ils peuvent nous observer et intégrer peu à peu la notion que cuisiner, ce n'est pas juste faire le geste que l'on préfère (mélanger dans le saladier ou lécher la cuillère !). À nous de leur montrer, quand ils sont assez grands, que nous réfléchissons d'abord à ce que nous allons préparer et que nous prévoyons nos courses. À nous aussi de leur faire remarquer qu'après avoir cuisiné, il y a des ingrédients à ranger, des ustensiles et de la vaisselle à laver. En grandissant, ils pourront graduellement faire plus de tâches jusqu'à pouvoir tout gérer de l'idée à la dégustation.

3. Ne pas aider plus que nécessaire

Trop souvent, nous avons en tête les dangers ou les dégâts possibles dans une cuisine, et cela peut nous pousser à prendre trop en charge nous-mêmes, croyant à tort que les enfants ne pourront pas s'en sortir. Comme dans bien d'autres domaines lorsque l'on accompagne un enfant, il est utile de l'observer, de lui donner des opportunités d'aller toujours plus loin et de lui faire confiance. S'il n'y arrive pas encore, aucun souci, c'était un premier essai ! Mais comme il serait dommage de le cantonner à des rôles subalternes sans s'apercevoir qu'il peut déjà faire bien plus... Parfois notre participation peut se limiter à une simple présence encourageante ou à donner les réponses à leurs […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.