© Sophie Elusse
De plus en plus de personnes, et en particulier de citadins, choisissent d’aller passer leurs vacances au sein de la nature, que ce soit, par exemple, des vacances à la ferme, une randonnée en montagne, du camping sur un littoral sauvage… Penchons-nous un peu sur les motivations de ce retour au naturel. La plupart des citadins le confirmeront, les vacances qui laissent la part belle à la nature sont celles qui sont les plus reposantes et les plus ressourçantes. Bien sûr, les vacances en ville ont de multiples intérêts, il y a plein de musées à visiter, de parcs à découvrir, de rues dans lesquelles déambuler, de spectacles à aller voir, etc. Cependant, la ville est un lieu bien plus fatiguant que la campagne, même quand on n’y fait rien, même quand on n’est pas pressé. Car elle est toujours en mouvement, il y a plus de bruit, de pollution, de lumières… C’est un lieu qui n’est jamais totalement au repos, et cela a forcément un impact sur les gens qui s’y trouvent. On s’en rend d’ailleurs bien compte quand on vit à la campagne et qu’on fait un séjour en ville : on finit ses journées bien plus fatigué que d’habitude. Le rythme citadin n’est en effet pas du tout adapté à la physiologie humaine. Dans les grandes villes, les journées sont, en quelque sorte, effacées : la lumière du soleil est plus ou moins estompée par un voile de pollution, celle des étoiles quasi inexistante en raison de la pollution lumineuse, et ne parlons pas de la pollution sonore qui existe nuit et jour.

Partir au vert pour prendre l’air

En partant à la campagne, à la montagne ou à la mer (dans un environnement protégé, pas sur un littoral défiguré par les hôtels pour touristes), les vacanciers cherchent, en premier lieu, à respirer et à changer d’air. On peut prendre ces termes de deux manières toutes les deux valables ici. D’une, en changeant d’environnement, en nous entourant de nature, nous apportons une nouvelle respiration à notre vie, nous soufflons, nous gagnons en apaisement et créons une nouvelle dynamique. De deux, nous respirons, dans cette région préservée de la pollution, un air plus pur, nous respirons mieux et ressourçons notre corps. Les effets s’en ressentent souvent très vite : il suffit, par exemple, d’une heure au bord de la mer pour se sentir revigoré. Et si, après une balade ou une randonnée, on se sent fatigué, ce sera ce qu’on appelle une « bonne fatigue » : on ne se sent pas accablé ou victime d’un environnement, mais au contraire purifié par l’exercice fourni et l’air respiré.

Reconnexion

Les vacances en pleine nature, c’est donc d’abord une reconnexion à son corps : on veut lui faire du bien. Que l’on choisisse un séjour plutôt sportif ou des vacances détente, on respire du bon air et on s’entoure de nature, deux choses bénéfiques pour notre corps et notre esprit. On choisit […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.