© Myriam Emond
« Vivre au rythme des saisons », voilà longtemps que nos sociétés industrialisées s’en éloignent de plus en plus. Il semblerait même que de plus en plus d’enfants souffrent du « syndrome de déficit de nature »1, conséquence d’un manque de rapports directs avec la nature, et par extension avec le rythme des saisons.

Grâce aux progrès technologiques, les contraintes de production, d’habitation et de vie liées aux saisons ont été peu à peu compensées, voire éliminées. Ainsi, par exemple, les serres climatisées et pourvues de lumière artificielle permettent de produire toute l’année fruits et légumes de saison ou pas. Comment expliquer et surtout faire expérimenter alors aux enfants que, naturellement, les tomates ne poussent pas en hiver ?

De plus en plus d’écoles proposent des ­ateliers-nature, créent des potagers… mais certaines pédagogies vont encore plus loin et, en exploitant la nature et le rythme des saisons, permettent aux enfants d’explorer leur environnement, de comprendre les mécanismes naturels et surtout de se construire en cohérence avec la nature profonde de l’humain.

Écoles dans la forêt – Écoles à la ferme

Le concept date de 1927 avec la création de Laona dans le Wisconsin. Puis, dans les années 1950, au Danemark, les premières écoles du genre s’ouvrent sur le continent européen. Ensuite, les écoles dans la forêt, ou forest school, ont essaimé partout en Europe. Aujourd’hui, on compte environ trois mille écoles qui accueillent les enfants en plein air, aussi bien en forêt, en campagne, à la mer, à la ferme…

Véritables écoles de la nature, elles permettent aux enfants de vivre à l’extérieur la majorité du temps (environ quatre jours par semaine), et de vivre ainsi pleinement le rythme des saisons avec ses variations de températures, lumière, couleur… ainsi que d’observer la faune et la flore.

Les enfants peuvent explorer et découvrir la nature, être sensibilisés à l’environnement et surtout, pratiquer des activités en lien direct avec les saisons. En automne, ils pourront sauter dans les flaques, ramasser les graines, champignons, ressentir les premiers frimas, jouer avec les feuilles mortes, observer les oiseaux migrateurs… En hiver, c’est tout naturellement qu’ils joueront avec la neige, pourront en observer la beauté des cristaux, voir la glace se former sur une flaque ou une mare, vivre le déclin de la longueur du jour au profit de la nuit… Et au printemps, ils observeront le réveil de la nature, l’évolution des bourgeons, les retours des oiseaux migrateurs…

Pédagogie Steiner-Waldorf

Au jardin d’enfants, qui accueille les petits de 3 à 6 ans, les enfants passent beaucoup de temps en extérieur, à jouer librement, ou à chercher des matériaux pour créer, agrémenter la table des saisons. Dans les classes supérieures, les arts et les travaux pratiques sont fortement liés à la […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.