© Magalie De Preux
Préparer son propre lait végétal est d’une simplicité remarquable. En plus de pouvoir les aromatiser selon vos souhaits, les laits végétaux sont également très intéressants d’un point de vue nutritionnel. La grande différence avec les briques que vous pouvez acheter dans le commerce, c’est que vos boissons seront crues, ce qui signifie que le maximum de vitamines et minéraux resteront intacts, ce qui n’est malheureusement pas le cas dans les préparations industrielles. De plus, on retrouve souvent des matières grasses non souhaitées dans les briques du supermarché, des sucres ajoutés, et parfois même des arômes. Vous l’aurez compris, le fait-maison a bien des avantages ! Alors, comment fait-on ? Je vous explique pas à pas les quatre étapes clés d’une boisson réussie ! Tout d’abord, ce qu’il vous faut, c’est un mixeur de bonne qualité et suffisamment puissant pour obtenir une boisson lisse et onctueuse. En fonction de la consistance que vous recherchez, peut-être qu’il vous sera utile d’avoir une étamine (une gaze de coton) sous la main. Certains aiment filtrer leurs laits, alors que d’autres préfèrent le laisser tel quel (c’est mon cas). Sachez simplement que si vous décidez de filtrer votre lait, vous pouvez réutiliser la pâte ainsi obtenue pour réaliser des pâtisseries par exemple. Rien ne se jette, même les « déchets » sont précieux et contiennent de bons nutriments qu’il serait dommage de jeter.

Bien choisir ses oléagineux

Optez de préférence pour des oléagineux de bonne qualité, sans traitement, si possible d’origine biologique. Prenez-les entiers pour bénéficier des précieux nutriments de la peau (valable pour les amandes, par exemple). Vous pouvez faire vos laits végétaux avec des amandes, des noisettes, des noix de cajou, des pistaches… En général les laits végétaux réalisés à partir d’oléagineux sont très faciles à préparer.

Faire tremper ses oléagineux

Peut-être le savez-vous déjà, lorsqu’on fait tremper ses oléagineux quelques heures dans un bocal rempli d’eau, cela réactive le processus de germination. Ainsi, les oléagineux augmentent leur valeur nutritive et contiennent naturellement plus de nutriments. Ils redeviennent vivants en quelque sorte. Le temps de trempage dépend du type d’oléagineux. Par exemple, toute une nuit sera nécessaire pour les amandes et les noisettes, et seulement trois ou quatre heures pour les noix de cajou. Aussi, le goût change radicalement lorsque les oléagineux sont trempés. Essayez de croquer dans une amande sèche puis dans une amande qui sort de son bain de trempage : on a l’impression de manger une amande fraîche ! Lorsque le temps de trempage est atteint, rincez vos oléagineux à l’eau claire et jetez l’eau de trempage.

Doser la quantité d’eau

Une fois vos oléagineux réactivés et rincés, vous pouvez les déposer dans le bol du mixeur et ajouter de l’eau. Si vous voulez obtenir un lait végétal lisse et fluide, je vous conseille d’ajouter minimum trois fois plus d’eau que d’oléagineux. Par exemple, si vous avez fait tremper un pot d’amande, ajoutez trois pots d’eau. À l’inverse, si vous recherchez une texture plus […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.