Copyright Arin Hiriart
Cette phrase qui claque dans l’air : voilà la sentence qui tombe, le jugement dernier posé par tous sans distinction. C’est irréfutable, parce que la nature est une référence universelle, elle est partout et elle est en nous. Mais comment savons-nous, au juste, si c’est naturel ou non ?

Prenez un bébé, habillez-le de blanc et confiez-le à un premier groupe en prétendant que c’est une petite fille. Vous entendrez aussitôt des « Oh, qu’elle est gracieuse ! Qu’elle est belle, mignonne ! » Tous ceux qui se pencheront sur son berceau auront des réflexions sur sa beauté, sa douceur ou son sourire. Passez maintenant le même bébé à un autre groupe en prétendant que c’est un garçon. Le même bébé devient alors, aux dires de tous, « vigoureux, bien portant, tonique » et plus encore. C’est ce que démontrait l’étude de 1976 de Condry et Condry1.

Autrement dit, dès les premiers instants de vie, notre environnement social conditionne ce qui est perçu de nous et le regard sous lequel nous nous développons, c’est-à-dire ce que la société attend de nous. Loin d’être neutre, l’influence de ces remarques et attentes colore déjà notre développement individuel d’un sexisme tout ordinaire, hétérocentré et stéréotypé. Par conséquent, dès tout petit, un enfant est déjà conditionné par la culture dans laquelle il va grandir.

Culture versus Nature ?

Si à peine nés, nous sommes formatés par la culture dans laquelle nous venons au monde, à quel moment, concrètement, peut-on parler de notre nature ?

Certains tenteront l’argument des cultures primitives ou plus traditionnelles, moins « technologisées », de l’Afrique ou de la Papouasie. Cependant, à bien y regarder, tenir une culture pour plus « naturelle » est profondément raciste. Il n’existe pas d’humains « sauvages » à comparer en bien ou en mal à des humains « civilisés ». La simple idée de mettre en balance des façons de faire différentes interpelle le bon sens et l’ouverture d’esprit.

Prenons l’exemple de l’alimentation. Vous entendrez tout et son contraire en termes de conseils diététiques, du régime paléo au véganisme, tous avanceront l’argument du régime le plus adapté à notre « nature », éminemment justifié par des études scientifiques et des éléments anatomiques. En effet, manger cru permet le développement d’une partie du microbiote intestinal qui va de pair avec un bon système immunitaire. Le véganisme se justifie par notre place dans la famille des grands primates : tous végétariens. Les adeptes de steaks vous parleront d’instinct de chasse, de canines et d’yeux reportés à l’avant de la face comme les prédateurs. La conclusion ? Nous sommes indubitablement omnivores.

Nous pouvons survivre dans toutes les régions du globe, de la plus glacée à la plus aride, et adapter notre régime alimentaire à notre environnement et ses […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s.
Maman de 5 enfants, j'ai découvert Grandir Autrement plusieurs mois après la naissance de mon aînée, en 2011, par le biais d'une association nommée Pachamama (05). J'ai immédiatement trouvé formidable l'approche que le magazine faisait de la parentalité et toutes les précieuses informations sur le maternage que je pouvais y piocher. Grandir Autrement me donnait des pistes, des idées... m'ouvrait l'esprit! Sortir de mon carcan d'idées préconçues, hérité d'une éducation "classique" à la fessée, m'a pris un moment, un pas après l'autre. En prenant de la hauteur sur toutes ces choses, j'ai réalisé que cette aventure qu'est le "naître parent" se nourrit de partage, de rencontres, de doutes et de vérités qu'il faut chercher pour soi et par soi, avec son ressenti et sa sensibilité. Un cheminement sans fin, où parfois on fait marche arrière. Mon parcours est finalement très ordinaire. Mère au foyer dont les diplômes en sciences du langage et en FLE prennent la poussière, remplacés par les bavoirs et les bodies entre deux avions pour le bout du monde, proposer mon aide à Grandir Autrement m'a semblé aussi naturel qu'évident. Aujourd'hui, je m'occupe de loin en loin du blog de Grandir Autrement et je rédige quelques articles. La part du colibri, comme on dit!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.