On parle beaucoup de bienveillance – nous y consacrons nous-mêmes un dossier, c'est peu dire – et ce terme serait presque galvaudé tant il est devenu à la mode. Mais finalement, c'est quoi être bienveillant ? Les enfants, comme souvent, ont des idées bien arrêtées sur la question, une expérience déjà conséquente de situations mettant en scène tantôt la bienveillance, tantôt son contraire, et leurs réflexions sont souvent source d'inspiration pour les adultes parfois désemparés, démunis ou maladroits qui croisent leur chemin. Éloïse, 10 ans, Victor, 5 ans et Nehemie, 12 ans, ont accepté de répondre à nos questions sur le sujet ; nous les en remercions chaleureusement et vous laissons découvrir leurs regards croisés sur la bienveillance.
  •  Grandir Autrement : C'est quoi pour toi être bienveillant ? Éloïse : C'est un peu difficile de mettre des mots dessus. Pour moi, c'est être patient, être compréhensif avec les autres et essayer de bien leur parler. Victor : Pour moi, c'est pas faire de mal. Ni aux enfants, ni aux adultes. Être bienveillant, c'est mieux qu'être malveillant ! Nehemie : C'est être gentil avec les autres, n'avoir que des intentions positives, faire attention aux autres, être à leur écoute, les aider.
  • Dans quelle(s) situation(s) te sens-tu bienveillant.e ? Tu peux donner des exemples. Éloïse : Quand on me demande un service et que j'accepte de le faire, parfois je me sens bienveillante. Bon, ça dépend aussi ce que c'est ! Victor : Tout le temps ! Nehemie : Quand je fais une bonne action ou quand j'aide quelqu'un. Parfois, j'ai envie de me fâcher mais je ne le fais pas : là je suis bienveillant avec les autres. Ou alors quand je fais un câlin à une de mes petites sœurs !
  • Au contraire, dans quelle(s) situation(s) est-ce particulièrement difficile pour toi d'être bienveillant.e ? Éloïse : Par exemple, quand mon frère m'énerve, parfois je lui crie dessus et c'est pas très bienveillant de ma part mais parfois je ne peux pas faire autrement. Victor : Des fois, mais c'est rare. Quand Papa et Maman se disputent, je suis en colère alors je ne me sens pas bienveillant. Maintenant j'arrive à dire « arrêtez » mais avant je venais les pousser car j'étais trop énervé, j'arrivais pas à le dire calmement. Et aussi avec le chat. Il va dans ma chambre et moi je veux pas parce qu'il détruit mes constructions. Nehemie : Quand mes sœurs ou des copains à l'école […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.