© Sophie Elusse

Est-il possible de s’attaquer au dogme selon lequel il faudrait impérativement boire au moins un litre et demi d’eau par jour, au risque, si on ne le suit pas à la lettre, de s’attirer nombre de désagréments : infections urinaires, constipation, peau sèche, douleurs articulaires, migraines, etc. ? Ne serait-il pas plus logique d’admettre que les besoins en eau sont variables d’une personne à l’autre ; que ceux-ci seront différents selon l’alimentation que l’on a (on n’aura moins besoin de boire si l’on mange beaucoup de fruits, de légumes, de soupes…) ; et que, généralement, il suffit de se fier à sa sensation de soif pour répondre à ce besoin ?

On entend souvent dire qu’il « faut » boire un litre et demi d’eau par jour. Mais est-ce réellement nécessaire ? Cette recommandation trouve son origine dans une étude1 de l’Institute of Medicine suggérant que chaque calorie d’aliment ingérée est égale à un millilitre d’eau. Ainsi, une consommation de 1 900 calories par jour équivaudrait à 1 900 millilitres d’eau (soit presque deux litres). Mais ce calcul semble avoir oublié de prendre en compte le fait que les aliments contiennent déjà de l’eau ! Savez-vous, par exemple, que juste avec les aliments solides, les repas moyens d’un Français lui apportent quotidiennement 0,8 litre d’eau ? En moyenne, toujours : café, thé, jus d’orange, lait, toutes les boissons, hormis l’eau, c’est 0,7 litre d’eau. Sans apport en eau liquide, on est déjà à un litre et demi2 !
En outre, les besoins en eau sont variables d’une personne à l’autre (selon la morphologie, le mode de vie, le climat), mais aussi, pour une même personne, selon les périodes (saison, grossesse, allaitement, maladie, etc.) et l’activité. La teneur totale en eau du corps humain – que l’on estime à 65 % en moyenne, ce qui correspond à 45 litres d’eau pour un adulte de 70 kilos – dépend de plusieurs facteurs. Elle est fonction de la corpulence : plus une personne est mince, plus la proportion en eau de son organisme est importante. Elle dépend également de l’âge : elle diminue avec les années, car plus les tissus vieillissent, plus ils se déshydratent, l’eau étant alors remplacée par de la graisse.
On voit donc qu’il est difficile de déterminer une moyenne de la quantité de liquide à absorber. Pour s’en faire néanmoins une idée, disons que l’on peut définir une variation des besoins en eau (selon tous les paramètres précités) faisant osciller ceux-ci entre un et trois litres par jour et par personne. Sans oublier que, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, ces quantités ne comprennent pas seulement l’eau que nous buvons, mais tous les liquides contenus dans notre alimentation ainsi que toutes les boissons autres que l’eau, certaines contenant d’ailleurs elles-mêmes de l’eau.

Aucune étude scientifique n’a jamais appuyé cette recommandation3

Savez-vous qu’une bonne part de la communication autour de cette recommandation vient… des vendeurs d’eau en bouteille qui (comme par hasard ?) commercialisent depuis longtemps des bouteilles de… un litre et demi4 ?
Savez-vous que, selon deux chercheurs de l’Université de Pennsylvanie5, boire beaucoup d’eau ne favorise pas l’élimination des toxines ; ne soulage pas les migraines ; ne fait pas perdre de poids ; n’a aucun effet sur le tonus de la peau ? Leur conclusion est d’une simplicité biblique : il faut boire « quand on a soi».
Enfin, selon certains, se forcer à boire de grandes quantités d’eau pourrait favoriser l’incontinence, notamment chez les femmes (car ce sont surtout elles qui s’efforcent de suivre la recommandation).
Par ailleurs, une consommation trop importante et trop rapide de liquide épuise les reins, ceux-ci ne pouvant en effet réguler qu’une quantité limitée d’eau à la fois.
Alors, ainsi que le conclue l’article d’Allo docteurs : « Cette recommandation générale, qui n’est basée sur aucune source scientifique, peut donc coûter cher, sans aucun bénéfice démontré pour la santé ! ».

Et les enfants ?

Comme les adultes, les enfants ont besoin de boire et, comme pour les adultes, les besoins peuvent varier d’un enfant à l’autre. Tout d’abord, rappelons qu’un bébé allaité exclusivement n’a pas besoin de boire de l’eau en plus du lait maternel puisque celui-ci se suffit à lui-même, tant pour l’hydrater que pour le nourrir6. Cela implique bien entendu que le bébé ait accès au sein à la demande.
Au moment de la diversification, on pourra commencer à proposer de l’eau au bébé et celui-ci trouvera également de nouvelles sources de liquides à travers les aliments qu’il mangera. Pour autant, le lait maternel, de même qu’il représente toujours le cœur de son alimentation, demeure son premier fournisseur de liquide.
Plus grands, il arrive que bambins et enfants rechignent à boire. Peut-être que nos incitations à les voir boire (de l’eau) au moment où nous le leur demandons y sont pour quelque chose ? Quoiqu’il en soit, plutôt que de se focaliser sur le fait (ou l’impression) qu’ils ne boivent pas, prenons la mesure de la quantité globale de liquide qu’ils ingèrent au cours d’une journée (sans oublier la nuit, pour les enfants allaités qui continuent à téter la nuit) : fruits, légumes, lait (y compris lait maternel, donc), soupes, etc.

Boire « autrement »

Si cela nous semble néanmoins insuffisant, certaines astuces peuvent aider. En voici quelques-unes :

  • Plutôt que de leur servir systématiquement un verre d’eau à table en insistant pour qu’ils en boivent au moins un peu au cours du repas, laissons à disposition des enfants un verre et une petite carafe remplie d’eau dont ils pourront facilement se servir ; ils prendront davantage plaisir à se servir seuls, au moment où ils en éprouvent le besoin, que de se voir rappeler systématiquement à certains moments de la journée qu’ils doivent boire.
  • La plupart des enfants apprécient de boire dans une gourde ou une petite bouteille. Si on les utilise généralement plutôt lors des sorties, piques-niques, voyages, etc., pourquoi ne pas en étendre l’usage, à la maison comme à l’extérieur ? Dans ce cas, on privilégiera une gourde en inox – plutôt qu’une bouteille en plastique, pour des raisons de santé et de conscience écologique évidentes – que l’on prendra soin de choisir facile à ouvrir et à fermer et bien étanche. Cela amuse souvent les enfants et ils apprécient aussi le fait d’être autonomes dans la gestion de leur boisson (et de pouvoir l’emmener partout avec eux).
  • Certains enfants aiment les infusions (tisanes, thé sans théine type Rooibos…) et acceptent bien volontiers d’en boire une tasse si on le leur propose (encore plus si on en boit avec eux !). Cela permet en outre d’utiliser les plantes et leurs vertus pour apaiser les éventuels petits maux dont peuvent, comme nous, souffrir nos enfants (du thym pour lutter contre les rhumes en hiver, de la mélisse pour un effet apaisant avant de se coucher, etc.).

Enfin, le moment du brossage de dents est souvent l’occasion de boire un petit verre d’eau, juste après s’être rincé la bouche : celui-ci aussi est à comptabiliser dans la quantité de liquide ingéré dans une journée !


AFood and nutrition board, Institute of medicine. Dietary Reference Intakes for Water, Potassium, Sodium, Chloride and Sulfate. National Academy of Sciences, 2003.
2 https://www.allodocteurs.fr/alimentation/aliments/eau/boire-chaque-jour-un-litre-et-demi-d-eau-pour-rester-en-forme_13803.html 
3 Voir l’article du médecin américain Heinz Valtin dans l’American Journal of Physiology en novembre 2002 : http://www.physiology.org/doi/abs/10.1152/ajpregu.00365.2002
4 Selon Margaret Mc Cartney, médecin écossais (British Medical Journal, juillet 2011).
5 Stanley Goldfarb et Dan Negoianu, dans le Journal of the American Society of Nephrology, en 2008.
6 Voir notamment à ce sujet les études recensées sur le site de La Leche League : https://www.lllfrance.org/vous-informer/des-etudes/1524-etudes-sur-besoins-en-eau ainsi que l’article « Le bébé exclusivement allaité a-t-il besoin de boire de l’eau ? »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.