© Thierry Durand
Je me suis souvent demandé comment faisaient les mamans qui ne portent pas leurs enfants en écharpe ou autre porte-bébé. Leurs bébés pleurent-ils beaucoup ? Arrivent-elles à faire les repas, le ménage, à s’occuper des aînés et autres tâches du quotidien ?Après avoir porté mes enfants neuf mois dedans, j'ai continué à les porter dehors en toutes circonstances. Comme beaucoup de travailleurs indépendants, il m'était difficile de mettre entre parenthèses mon activité professionnelle, au risque de voir mes postes remplacés ou supprimés mais aussi parce que financièrement je devais m’assurer d'un minimum. Même si j'avais largement réduit mon activité, après les premières semaines, je ne pouvais pas me permettre de la stopper totalement. De plus j'ai plusieurs professions dont celle de paysanne et la vie à la ferme ne s’arrête pas avec la venue d'un enfant. Les animaux ont toujours besoin qu'on prenne soin d'eux, les plantes et arbres aussi. C'est là que le portage a alors été pour moi une évidence et même une nécessité !

Travail et maternage, pourquoi choisir ?

Je n'ai jamais eu envie de faire garder mes bébés et il me paraissait impensable qu'ils restent sans moi le temps du travail. Dès lors j'ai combiné maternage proximal et vie professionnelle avec beaucoup de plaisir. Le portage et l'allaitement m'ont permis d'être avec mes bébés en atelier collectif ou en rendez-vous individuel d'art-thérapie puisque je suis art-thérapeute. De plus la présence d'un bébé a cela de magique qu'un calme et un respect du moment présent se mettent en place naturellement. Et puis, bien souvent, chacun et chacune se remémorait et partageait les souvenirs de cette période qui ne passe pas inaperçue dans une vie... En tant que doula, je prévenais les futurs parents que j'avais un bébé avec moi et n'acceptais l'accompagnement qu'avec leur accord. Je n'ai jamais essuyé de refus. Et ce fut même chaque fois une belle aventure. Les futurs parents étaient contents de voir à quoi ressemblait un bébé en vrai ! J'ai convaincu beaucoup de couples des bienfaits de l’hygiène naturelle, de l’allaitement, du portage, de la motricité libre juste par la force de l’exemple. À la ferme avec un bébé dans le dos, tout est faisable ou presque. Arroser, récolter, nourrir les poules, collecter les œufs, câliner les ânes, vérifier la clôture... Seules les tâches vraiment physiques sont difficiles mais elles ne sont de toute façon pas conseillées les premiers mois après une naissance. Et puis, quand on a déjà d'autres enfants plus grands, le portage permet de les accompagner dans leurs activités sans que Bébé pâtisse du rythme. Ma fille Macha, qui a un frère et une sœur plus âgés qu'elle, a fait toutes ses siestes, réglées comme du papier à musique, dans mon dos jusqu'à 1 an. Pour moi c'était pratique et rassurant : elle dormait bien, au réveil il n'y avait jamais de cris, ni de stress. Et pour les tâches du quotidien, avec Bébé devant, derrière ou sur le côté (pour varier les […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.