L’école des girafons est une école associative, située à Champs Romain, en Dordogne. Elle a ouvert ses portes en septembre 2018. Nous avons rencontré Maloue Eon, la directrice du projet pédagogique, qui nous présente l’association Ainsi font les girafons, ainsi que l’école qui en est issue1.Grandir Autrement : L’école des girafons se présente comme une école aux pédagogies plurielles qui a placé la CNV2 au centre de son projet. Pouvez-vous nous en dire plus ? On a choisi une pédagogie plurielle parce qu’on trouve qu’il y a des choses passionnantes dans toutes les grandes pédagogies alternatives et dans le mouvement des écoles démocratiques aussi et on n’avait pas envie de faire un choix qui nous priverait de la richesse des autres. Il y aussi le fait que dans toutes ces pédagogies, que ce soit Montessori, Steiner ou Freinet, il y a des choses qui datent un peu par rapport au vécu actuel des enfants. Donc on avait envie de prendre chez chacun ce qui nous parle le plus par rapport au monde dans lequel on vit aujourd’hui. Toute l’équipe (les deux enseignantes et moi-même) est formée à la CNV. Nous avons un groupe de CNV autogéré, avec un rendez-vous mensuel au cours duquel on pratique tous ensemble et grâce auquel on « muscle nos oreilles de girafes ».C’est quoi, une journée type, à l’école des girafons ? On commence la journée par la météo : comment je me sens ce matin ? Qu’est-ce qui s’est passé qui a pu colorer mon humeur ? Pareil à la fin de la journée, on se quitte comme ça. Il y a beaucoup de moments qui sont consacrés à apprendre à nommer les émotions. Pour ma part, j’interviens une journée par semaine, je fais du théâtre avec les enfants, puisque c’est mon travail par ailleurs. Nous axons aussi notre travail autour de l’éducation émotionnelle, ce qui est très important pour le groupe. Nous sommes aussi très inspirés par le travail de Bernard Collot, et sa fameuse pédagogie de la mouche, ou comment, à partir d’un support quel qu’il soit, on peut aborder, de manière transversale, le français, la géographie, le dessin, les maths, etc. : une manière passionnante, pour nous, de décloisonner ces apprentissages, et de les transmettre en partant de ce qui enthousiasme les enfants. Du côté des plus petits, nous sommes plus sur des apprentissages individualisés, avec le matériel Montessori, même s’il y a aussi des temps consacrés à « faire ensemble ». Nous finissons chaque semaine par le conseil d’enfants pour que chacun s’exprime sur ce qu’il a vécu durant cette semaine, puisse dire avec quoi il repart, voir si tous les conflits ont été réglés et si ce n’est pas le cas, on prend le temps de le faire à travers la médiation entre les enfants. Il y a aussi un temps de célébration (« qu’est-ce qui a été particulièrement bien pour moi cette semaine ? […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.