© Jenny Balmefrézol
Si l’allaitement est une suite logique de la grossesse, il l’est beaucoup moins pour l’adoption, du moins dans la culture occidentale. Or, allaiter un enfant adopté est possible et plein de bénéfices pour le bébé et pour le lien qui se créera avec sa maman adoptive. Comme pour n’importe quelle dyade maman/bébé, l’allaitement contribuera à créer un lien fort entre la mère et son enfant adopté, et à sécuriser ce dernier, à l’ancrer dans sa nouvelle vie. De même, l’allaitement aidera la nouvelle mère à investir sa maternité. Malheureusement, dans nos contrées, allaiter son enfant adopté est une pratique très méconnue et parfois difficile à mettre en place1.

La lactation induite, quèsaco ?

« La lactation induite se définit par le fait de lancer une production lactée sans grossesse préalable. […] Contrairement à ce que l’on pourrait penser, tout ce qui physiquement va permettre la lactation ne se forme pas (uniquement) pendant la grossesse, mais dès le stade embryonnaire. Ainsi, les bourgeons mammaires émergent ; puis vont se constituer la glande mammaire, une esquisse de réseau canalaire, les glandes de Montgomery... En sommeil pendant l’enfance, les seins vont se développer pendant la puberté puis, à nouveau, dès le début de la grossesse. Le milieu hormonal de la grossesse est très particulier, avec des niveaux importants d’hcG, de progestérone, d’œstrogènes, et de différentes autres hormones. Les deux hormones principalement impliquées dans la lactation sont la prolactine (dont le rôle est de développer la glande mammaire, d’enclencher et de maintenir la production lactée) et l’ocytocine (dont le rôle est entre autres de favoriser l’éjection du lait). Ces deux hormones sont produites par l’hypophyse et ne sont pas uniquement liées à la lactation. Autrement dit, il est possible de stimuler leur sécrétion en dehors d’un contexte de grossesse.2 »

De la confiance, du soutien et zéro pression

Si vous souhaitez induire votre lactation, l’important est d’avoir confiance en vos capacités à allaiter, de vous entourer de personnes soutenantes et prêtes à s’informer (le sujet étant très mal connu en France) et de ne pas vous mettre une pression monstre. Sachant que peu de femmes réussissent à allaiter exclusivement leur enfant avec une lactation induite, ne vous fixez pas forcément pour objectif de produire beaucoup de lait. Gardez en tête qu’allaiter votre enfant ne sert pas qu’à le nourrir, mais aussi à créer un lien, une fusion, à lui procurer sécurité, apaisement, et bien-être. L’allaitement contribue sans aucun doute à créer le lien entre une mère et son enfant adopté3. Et ce, même s’il n’est pas exclusif ! Il est donc conseillé de se lancer dans cette aventure avec sérénité (le stress ne jouant pas en faveur de la lactation) en se disant que notre corps donnera ce qu’il peut et que l’amour fera le reste.

Quelques gouttes de lait…

Car même si vous ne produisez que quelques gouttes de […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.