© Dirk (Beeki®) Schumacher de Pixabay
Qu’ils aient déjà des enfants « naturels » ou pas, certains parents choisissent d’adopter, et parfois même des enfants « à particularité(s) », c’est-à-dire porteurs de handicap. Qu’est-ce qui les motive à faire ce choix qui peut paraître difficile ? Comment le vivent-ils ? Je vous propose de lire le témoignage de Lise.
« Nous avions entendu parler d’enfants “non adoptables”, cette dénomination me donnait chaque fois des frissons. Je me suis aperçue qu’il n’y avait pas d’enfants non adoptables mais des enfants non adoptés, car trop grands, handicapés ou issus d’une grande fratrie. Lorsque nous avons eu envie d’avoir un sixième enfant, cette prise de conscience m’est revenue en pleine tête et nous avons eu envie d’ouvrir notre famille à un de ces laissés pour compte plutôt que de faire un bébé maison. »
  • Grandir Autrement : Quelles ont été les démarches ? Lise : La procédure est identique : une demande de dossier au département, une enquête sociale d’une année et l’étude de notre dossier par une commission. Ce qui a été différent, c’est l’accompagnement pour l’enquête sociale. Nous avons déstabilisé l’assistante sociale qui ne comprenait pas notre choix. [Assistante sociale et psychologue] ont eu deux avis très divergents, ce qui a mené la commission à nous convoquer pour nous rencontrer lors d’une deuxième commission. Quelques jours après, nous recevions l’agrément « enfant à particularité » : notre sésame après une année éprouvante.
  • Pourquoi et/ou comment avez-vous choisi d’adopter un enfant porteur d’une trisomie 21 ? Nous avions contacté une association à laquelle les départements confient des dossiers d’enfants à particularités. En les rencontrant, nous leur avons exprimé nos limites et c’est eux qui nous ont aiguillés sur un enfant atteint de trisomie 21.
  • Comment cela s’est-il passé ? L’attente nous a semblé très longue : quatorze mois, ce n’est pas long pour une adoption mais c’est plus long qu’une grossesse. Ce qui accentuait cette impatience, c’est que nous nous doutions que l’association avait un enfant pour nous. Nous étions donc impatients d’en savoir plus sur cet enfant et agacés par la lenteur administrative. Dès que nous avons eu notre agrément, l’association nous a annoncé qu’Elona nous attendait dans une pouponnière de Paris. Elle avait 11 mois, était en pleine santé, aucun souci médical, mais il a encore fallu faire face à un long protocole administratif : un long mois où elle grandissait en collectivité, loin de nous, sans compter le protocole de rencontre.
  • Avez-vous rencontré des difficultés ? Heureux d’accueillir enfin ce nouvel enfant, de la découvrir, de faire sa connaissance dans le cocon de notre maison, les dix-huit premiers mois après son arrivée ont été très faciles. Elle était toujours tout sourire, ne pleurant absolument jamais, s’occupant d’un rien. C’est devenu plus compliqué lorsqu’elle a commencé à marcher à 2 ans et demi. J’étais enceinte de son petit frère et son enthousiasme était tourné vers l’expérimentation et la découverte […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.