©Pixabay

À l’heure où Libération s’attaque au « mythe de l’enfant parfait1 », heureusement contré par une tribune2 et une pétition3, il est bon de savoir que, sans prétendre être « parfait », être un « parent-chercheur », comme dirait Odile Anot4, cela fait vraiment la différence pour le devenir des enfants.

Connaissez-vous par exemple l’expérience (involontaire) faite dans les années 1970 sur des lapins à qui l’on faisait ingurgiter une nourriture provoquant des problèmes cardio-vasculaires ? Un groupe de lapins avait vu ces symptômes réduits de 60 % par rapport aux autres. Pourquoi ? Mystère… jusqu’à ce que l’on découvre que l’étudiant qui s’occupait de ces lapins-là aimait les câliner un à un avant de les nourrir5 !
Tout récemment, une étude a même montré que les câlins pouvaient… influer sur l’ADN.
Comme vous le savez, nous naissons tous avec certains gènes, hérités de nos deux parents. Jusqu’à il y a peu, certains pensaient pouvoir tout expliquer par la génétique : si l’on avait les yeux bleus, c’était les gènes ; si l’on était diabétique, c’était les gènes ; si l’on était autiste, c’était les gènes…
Et puis est arrivée l’épigénétique qui « s’intéresse à une “couche” d’informations complémentaires qui définit comment ces gènes vont être utilisés par une cellule… ou ne pas l’être6 ».
On peut avoir hérité d’un gène prédisposant au cancer du sein ou au diabète et ne jamais souffrir ni de l’un ni de l’autre si les facteurs environnementaux (alimentation, polluants, etc.) ne sont pas là pour permettre à ce ou ces gènes de « s’exprimer ».

On sait depuis longtemps l’importance du contact et du toucher pour le bon développement de nos bébés7. On savait déjà par des expériences chez des animaux que le toucher des petits par la mère provoquait des modifications épigénétiques par méthylation de l’ADN. L’expérience dont je veux vous parler est la première à avoir observé la même chose chez des bébés humains8.
Les chercheurs (Colombie britannique) ont suivi une centaine d’enfants pendant quatre ans. Ils ont d’abord demandé à des parents de bébés âgés de 5 semaines de tenir un journal du comportement de l’enfant (pleurs, sommeil, alimentation…) et aussi de garder trace de la fréquence et de la durée de leurs contacts physiques avec lui. Puis, quand les enfants ont eu aux alentours de 4 ans et demi, les chercheurs leur ont fait un prélèvement buccal afin d’avoir un échantillon d’ADN, et ont regardé s’il y avait une différence entre ceux qui avaient été beaucoup touchés bébés et ceux qui l’avaient moins été.
Eh oui, il y avait bien une différence ! Les cellules de ceux qui avaient été moins touchés étaient moins matures qu’elles n’auraient dû l’être étant donné l’âge des enfants. Sarah Moore, l’auteure principale de l’étude, a bien l’intention de poursuivre la recherche pour voir « si cette “immaturité biologique” observée chez ces enfants peut avoir des implications pour leur santé, et en particulier leur développement psychologique ».
Alors, oui, câlinons nos bébés, caressons-les, portons-les… nous leur donnons ainsi plus de chances de devenir des adultes confiants, équilibrés et heureux de vivre9 !


https://boutique.liberation.fr/products/education-bienveillante-le-mythe-du-parent-parfait-07-fevrier-2018
2 « Après la “liberté d’importuner”, celle de corriger ? », http://www.liberation.fr/debats/2018/02/15/apres-la-liberte-d-importuner-celle-de-corriger_1630020 
3 Appel à légiférer contre toutes les violences envers les enfants, https://secure.avaaz.org/fr/petition/assemblee_nationale_Appel_a_legiferer_contre_toutes_les_violences_envers_les_enfants/?cXPrPmb
4 http://parent-chercheur.fr
5 Voir la page sur le site de Kaizen : https://www.kaizen-magazine.com/bd/le-pouvoir-des-calins
6 https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/epigenetique 
7 Voir La Peau et le toucher, Ashley Montagu, Éditions Seuil (2014), les travaux de Harlow et ceux de Spitz sur l’hospitalisme.
8 Moore SR et al., Epigenetic correlates of neonatal contact in humans, Development and Psychopathology 2017 ; 29(5) : 1517-38.
9 Voir aussi l’étude de Maselko et al. sur le maternage « extravagant », que j’adore citer et dont je parle sur cette page : http://www.claude-didierjean-jouveau.fr/2013/07/06/fessee-non-caresses-oui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.